Dr Ali KILIC
Paris le 06-05-2008

Académie des Sciences du Kurdistan

et

Les sciences Physiques, Chimiques et  Biologiques

Et

La conférence de l’Académie des Sciences

 

Les sciences   Physiques ; Chimiques  et Biologiques étaient l’objet de notre analyse sur la classification des Sciences et l’Informatique , Fondements philosophiques de l’Informatique[1]. La philosophie  de la biologie, de la chimie et de la physique  était l’une de mes préoccupations dans l’histoire des sciences qui ont  abouti à la rédaction d’un projet pour la Fondation de l’Académie des Sciences  du Kurdistan, dans le but de la planification  et de la programmation  de la science  pour la fondation de l’Etat de la République du Kurdistan. Mais  Ni  Monsieur Massoud Barzani  et  Ni Monsieur Djelal Talabani ont répondu à notre demande.
 
Le 13 mai 2008 la section de Biologie moléculaire et cellulaire, génomique de l’Académie des sciences  organisera  une conférence  sur l’épigénétique et mémoire cellulaire. C’est une nouvelle discipline  de la Biologie moléculaire et cellulaire, génomique. La question qui se pose Qu’est-ce que l’épigénétique?  Quel rapport établir  avec la recherche scientifique  que j’avais terminé  il y  a vingt ans ? Quelles sont des conclusions par rapport  au projet pour la fondation de l’Académie du Kurdistan  que nous avons déposé  depuis janvier 2005 aux autorités du Kurdistan ?
 
En effet, pour les chercheurs  et les scientifiques du Kurdistan  le cas de la Fondation de l’Académie  des Sciences  et du Centre de la Recherche Scientifique du Kurdistan,  est une  question de l’organisation scientifique  du savoir, elle est désormais au cœurs  de nos  travaux  scientifiques et philosophiques depuis des années. La  question qui se pose  est la suivante : comment les Scientifiques  du Kurdistan peuvent  rester indifférents  face au progrès scientifique  et technique dans la mesure où les  Etats qui  occupent le  Kurdistan utilisent toutes les technologies nouvelles  pour empêcher à la libération du peuple kurde.  Autrement dit ,comment et par  quels moyens   nos chercheurs  peuvent transformer  ces nouvelles  technologies  pour modifier les rapports  de forces  pour que  le progrès  scientifique et technique  soit  à la disposition de la construction du Kurdistan libéré. Il y a plusieurs  raisons.
 
Tout d’abord la raison scientifique de l’organisation de la science et l’objectif de l’Académie des Sciences. Avec la révolution scientifique et technique, les transformations radicales qualitatives s’effectuant dans le système moderne de la science modifient tous les aspects des rapports technologiques et mettent en évidence les tâches scientifiques importantes et complexes:Importantes, parce qu’elles exigent la nécessité de jeter les fondements scientifiques d’une nouvelle société par l’introduction des nouvelles technologies. Du fait que la Révolution Scientifique et Technique ont engendré une nouvelle primauté de la science sur la Technique et celle de la Technique sur la production, la science devient un facteur décisif et plus dynamique du développement des forces productives. Complexes, parce qu”à la fois elles sont indispensables pour maintenir de la compétitivité de l’économie en crise, et à la fois créent des contradictions antagonistes qui «ont des changements technologiques, des connaissances sur l’homme, dans sa vie professionnelle, sur l’emploi doivent être radicalement maîtrisés. »
 
De nos jours , personne  ne met  en doute  le fait que la science peut servir l’homme, l’humanité et l’ensemble des peuples du monde, mais en même temps , on constate que ses résultats  sont  souvent utilisés par les forces dominantes  pour nuire l’humanité et les intérêts  des peuples. Cette situation engendre  un grave  problème social ;
 
Comment donner à, la science une orientation qui favorisera le développement  de la civilisation ?
Comment apprendre à diriger le mouvement  de la pensée scientifique  dans  sens  des intérêts de l’homme, de l’humanité et des peuples ?
 
Dans les  deux cas, la question qui se pose  en premier lieu, concerne l’organisation de la science dans la société  et la recherche scientifique, les prévisions du développement des processus  sociaux et dans la science elle-même. Ce sont des applications  de la science et des sciences qui mettent en évidence, les principes de l’Ethique de la Science, qui est devenue  l’objet de nombreuses recherches scientifiques. La vérité, c’est que  l’étude de la science, est une nécessité de la réalité  scientifique de notre époque Dans l’histoire de la philosophie, la question de la science, a été posée par les  philosophes en deux manières différentes :
 
Primo, la science est une activité cognitive.
Secundo, la science est un système des connaissances de l’homme ayant un objet déterminé et une méthode d’investigation propre. Cela exige l’intervention active de l’organisation scientifique du savoir des salariés scientifiques pour une nouvelle planification et une nouvelle organisation de la division du travail scientifique pour fonder l’Académie des Sciences du Kurdistan. Partant d’une classification dialectique des Sciences basée sur la division des Sciences de l’Homme, des Sciences de la Nature et des Sciences de la Terre et de l’espace, l’Académie des Sciences fixe son objectif de la manière suivante:
 
_Adopter des programmes de recherches scientifiques d’action visant à renforcer le rôle de la science et d’accroître les connaissances scientifiques et techniques à partir d’une classification dialectique des sciences et de l’interaction interdisciplinarité scientifique,
 
            effectuer ou faire d’effectuer les recherches scientifiques pour l’avancement de la science, de résoudre des problèmes nouveaux ou non traités jusqu’à maintenant dans les domaines des civilisations anatoliennes, afin de contribuer à la sauvegarde des cultures millénaires,
 
            encourager les chercheur pour réaliser des travaux , de subventionner les publications scientifiques et de créer des nouvelles unités de recherches appliquées pour favoriser le dialogue entre les activités scientifiques et l’ouverture internationale d’une coopération scientifique et technique,
 
            organiser et contrôler l’enseignement préparatoire à la recherche. En dernière analyse, les objectifs de la démarche scientifique de l’organisation du savoir scientifique est de répondre aux questions de l’environnement scientifique et de mettre en évidence les unités de recherches scientifiques ainsi que les liens qui existent entre elles.
 
L’étude de l’environnement scientifique
1. Dans  quel environnement scientifique sommes nous?
2. Quel est le potentiel scientifique existant à l’intérieur et à l’extérieur du pays et quel est le niveau de son organisation scientifique, technique et académique?
3. Quelles sont des qualités scientifiques existantes et pour quelle finalité scientifique pouvons nous réorganiser les besoins scientifiques du pays et de la région et comment pouvons nous améliorer les performances dans les quatre Universités du Kurdistan?
4. Quelles sont les perspectives d’une ouverture internationale pour la coopération scientifique et technique pour une organisation scientifique et de la recherche fondamentale en considérant les enjeux et ses risques?
5 .Quel est notre choix stratégique et technologique par rapport à la finalité scientifique, politique et commerciale et comment pouvons nous développer les nouvelles méthodes s’appuyant les nouvelles technologies à partir de l’organisation du savoir scientifique et son transfert international dans le processus de la fondation de l’Etat kurde et face au développement de la science européenne ?
5.            Structures de l’organisation scientifique du savoir
A) De l’organisation du savoir scientifique à l’organisation du potentiel scientifique existant au Kurdistan et en Mésopotamie
B)        La nature de l’organisation et la planification et la réorganisation de la science dans le Processus de la création de Assemblée Constitutive et de l’état au Kurdistan Sud.
 
C) La définition des tâches scientifiques et techniques principales et des sous- tâches scientifiques spécialisées pour la planification de la Société du Kurdistan,
 
Finalement, une recherche est une activité scientifique dont l’objectif est la pratique scientifique.
 
          La réalisation d’une recherche scientifique est assurée par une méthodologie qui consiste soit en une procédure technique, soit en une stratégie assurant la finalité scientifique ou la réalisation de plusieurs sous tâches. Autrement dit la réalisation de chaque tâche exige la participation active de chaque scientifique spécialisé, en fonctions des données sur lesquelles s’appliquent l’objectif scientifique déterminé.
 
Le choix libre du chercheur et du scientifique est le fondement du développement et de l’épanouissement de la liberté scientifique et académique de chercheur ou le scientifique est responsable de son choix et de la méthode appropriée dans le secteur donné et est obligé d’effectuer des travaux scientifiques, techniques et artistiques conformément à ses choix.
 
6. L’orientation actuelle des sciences et la finalité scientifique de la diffusion de la science pour une méthodologie scientifique du réel l’analyse théorique de la question de l’organisation du savoir scientifique exige la détermination de l’orientation du développement des sciences et l’étude de leurs domaines d’applications. Dans ce sens ,nous considérons qu’il est impossible de résoudre les questions de la réorganisation scientifique du savoir et de ses liens avec la société en posant ces questions soit en sciences de l’homme soit en science de la nature, comme des questions purement méthodologiques, en faisant totalement abstraction des qualités gnoséologiques, soit comme des questions purement gnoséologiques qui font totalement abstraction des questions méthodologiques de la connaissance et de la science (abstraction de la dialectique ), soit comme des questions purement économiques et politiques en faisant totalement abstraction de l’application de la science à la production. En revanche, cela signifie que l’application rigoureuse de la science à la production est une nécessité, car les besoins de la société sont composés des besoins de la science, dont la satisfaction dépendra essentiellement du niveau de la production, de l’état de la technique, des possibilités matérielles et du potentiel scientifique de la société elle-même. L’orientation scientifique de notre démarche concernant la fondation du Centre de la Recherche Scientifique du Kurdistan dépend en premier lieu de la réorganisation des sciences de l’homme des sciences de la nature et des sciences de la terre et de l’espace en deuxième lieu de l’interprétation de l’objet des sciences fondamentales et appliquées. C’est la raison pour laquelle  nous attribuons une grande  valeurs aux activités scientifiques  des  Académies  des Sciences en Europe, plus particulièrement  à l’Académie des Sciences de France y compris les bases de la fondation de l’Académie des Sciences du Kurdistan.
 
Quel  rapport établir entre notre activité scientifique et académique au niveau du développement des sciences et la Conférence de l’Académie des Sciences  vingt ans après de nos travaux scientifique et académiques ?
 
La question  essentielle c’est  que  le développement des sciences physiques. Chimiques
et biologiques comme base de la diversification des branches scientifiques de la science était mon point du départ.
 
             Tout d’abord Je rends hommage au Président  du Jury Académique et Scientifique qui s’est exprimé favorablement lors de la présentation de ma thèse. « Amoureux des traces des surfaces, des images des corps en mouvement remarquable connaisseur des arts des sciences[2]et des techniques » François Dagognet dans son discours prononcé au Colloque du Creusot, disait « la science na pas cessé de jeter au dehors ce qui relève de l’intériorité. Les disciplines les plus novatrices ont arraché aux opérateurs leurs procédures secrètes, les ont ensuite décomposées. reproduites et même améliorées On a souffert de ce rapt. on l’a. contesté, mais il ne s’est pour autant interrompu.»[3].Mais le problème est de savoir comment l’une des particularités essentielles du développement des sciences consiste en ce qu’elle s’oriente vers l’étude non seulement d’objets déjà inclus dans la transformation pratique de masse à la. production, dans l’expérience quotidienne. Mats aussi d’objets dont l’utilisation pratique ne se fera en principe qu’à des stades futurs du développement historique de la. civilisation dans son ensemble?
 
Dans le cours de son évolution historique, la  science assimilait divers types d’objets systémiques, élaborant des connaissances sur leurs propriétés, sur les lois de leur fonctionnement et de leur transformation.
 
Chaque type d’organisation systémique des objets nécessite pour être connu et compris, une grille catégorielle spéciale servant des notions scientifiques concrètes qui caractérisent les détails de la structure et du comportement des objets en question.
 
Sans doute la philosophie est capable de créer les matrices catégorielles nécessaires à la recherche scientifique avant que la science ne commence à maîtriser les types d’objets correspondants. L’application  des catégories élaborées par la philosophie dans la recherche scientifique concrète les enrichit et les développe. Cependant pour fixer leur contenu nouveau, on a besoin une nouvelle fois de la. Réflexion philosophique sur la science qui forme un aspect particulier de l’appréhension philosophique de la réalité dans le courant do laquelle se développe l’appareil catégoriel de la philosophie. « Mais la philosophie n’est pas une science. (.) son objet n’est pas tel ou tel domaine particulier du réel. Mais en même temps la philosophie est une science-la science des lois générales du réel.»[4].Ici, E .Bitsakis mélange la définition de la dialectique avec la philosophie. Elle est distincte des sciences particulières et est en même temps une science pour des raisons multiples selon lui. « La philosophie possède un objet déterminé; elle s’efforce de dégager et de formuler les lois de cet objet: Elle utilise les méthodes des sciences. Elle possède un corps constitué de connaissances ; elle a une histoire, comme les sciences- semblable- et en même temps profondément différente;(...) La définition de la philosophie comme science ne peut pas dissimuler son caractère spécifique, son autonomie relative par rapport aux sciences particulières et sa différence qualitative par rapport à elles. La science formule et définit les concepts, la philosophie formule et définit les catégories philosophiques.»[5].La. confrontation de l’histoire de la philosophie et celle des sciences naturelles permet donc de constater que la philosophie possède certaines possibilités prévisionnelles par rapport à la recherche scientifique, puisqu’elle est capable d’élaborer à l’avance les structures catégorielles qui y seront nécessaires.« La philosophie ne peut jouer son rôle efficace dans le développement de la conception du monde scientifique écrit N, Séménov, que si elle parvient à se faire valoir aux côtés des autres sciences, comme leur égale, c’est-à-dire comme science spéciale dotée de sa problématique précise, justiciable d’une étude aussi méticuleuse et concrète que l’objet de n’importe qu’elle science,» [6](3). La contradiction qui s’affirme entre le caractère universel de la connaissance humaine et sa démarche nécessairement cloisonnée au sein des sciences; la contradiction entre la spécification du savoir scientifique et la tendance à son intégration, voilà bien ce qui rend si indispensable l’élaboration d’une conception du monde scientifico-’ philosophique.
 
La question qui se pose est de savoir quels sont les mécanismes assurant une telle élaboration des catégories du développement des sciences de l’union et de leur diversification des branches scientifiques en général, et le développement scientifique de l’informatique en particulier. La réponse n’est pas liée seulement à l’étude de la nature de la connaissance philosophique mais aussi à la connaissance ingénierie informatique. Elle suppose l’analyse des fonction de la philosophie en tant que noyau théorique de la conception du monde et l’activité cognitive de l’élucidation des rapports entre les catégories philosophiques et celles de la culture.
 
La science, la révolution scientifique et technique ont entraîné une profonde différenciation entre les diverses branches spécialisées dans la fabrication de produits déterminés. Mais au fur à mesure que s’accentue cette différenciation et qu’apparaissent des branches toujours nouvelles. On voit grandir l’importance des relations entre les diverses branches et de leur coordination, lesquelles appellent une fonction centralisée de l’économie. Au coeur de ce développement scientifique la place de l’informatique appliquée à. tous les niveaux de la vie est capitale. C’est pour quoi, il convient de préciser notre classification dialectique des sciences et la place de l’informatique dans le schéma que nous proposons a un caractéristique scientifique.
 
Tout d’abord, la classification dialectique des sciences la division fondamentale entre les sciences de la nature et les sciences de l’homme et finalement les sciences techniques. Puis nous divisons les sciences de la nature en trois parties:
 
1. Les sciences physico-techniques et des mathématiques
2.Les sciences chimico-technologiques et biologiques _____
3. Les sciences de la Terre.
 
L Les sciences physico- techniques et des mathématiques
divisent en six parties: Ce sont:
 
I L’informatique. le calcul scientifique et l’automatisation
2. Les sciences mathématiques
3 .La physique générale et l’astronomie
4. La physique nucléaire
5. La physico technique de l’énergétique
6. La mécanique et les processus de commande
 
II. Les sciences chimico-technologiques et biologiques se divisent en cinq parties suivantes:
 
l. La chimie générale et technique
2. La. Physico-chimie et la technologie des substances inorganiques
3. La biochimie, la biophysique et chimie des composés,
4. La physiologie
5. La biologie générale.
 
111. 1es sciences de la terre sont es suivantes:
 
1 La géologie, la géophysique et géochimie
2. La océanographie, la physique de 1’ atmosphère
 
 
Les sciences de l’homme se divisent entre:
 
I. La philosophie
2. L’histoire
3. 1’ économie et le droit
4. la Littérature et la linguistique.
 
Le développement des sciences a été déterminé par trois sciences fondamentales: les sciences physiques, les sciences chimiques et les sciences biologiques. La classification des sciences et la connexion et la différenciation des branches scientifiques de l’informatique sont inséparables du processus scientifique.
 
 
I. Les sciences physiques
 
Ce sont sans aucun doute la physique et les physiciens qui ont donné le coup d’envoi à la révolution dans les sciences de la nature de notre temps. Les découvertes géniales et, le développement fulgurant des sciences physiques, notamment  après la Seconde Guerre Mondiale, ont fécondé et stimulé le développement et les progrès radicaux des autres sciences de la nature.
 
L’intervention inévitable de la physique dans toutes les divisions des sciences de la nature procède en grande mesure du fait qu’eUe prend comme objet d’étude les propriétés à la fois les plus simples et les plus générales de la matière. C’est à juste raison que la physique est appelée la « mère de la. Mécanique ». Le progrès des sciences physiques exerce une Influence directe sur tous les éléments essentiels de la production moderne - base énergétique, instruments de travail et technologie la  physique des solides exerce une influence croissante sur les objets de travail (matières premières et matériaux). Cela est particulièrement évident à notre époque où l’on voit naître l’énergétique et la technique atomique et nucléaire, la technologie  électronique et du laser, la technique des semi-conducteurs et des circuits intégrés etc.
 
On peut dire sans exagérer que les résultats des sciences physiques o. servi de point de départ à la création et au développement d’un très grand nombre sciences fondamentales (notamment celles qui surgissent à la jonction des sciences chimiques et physiques, biologiques et physiques). et de nombreuses disciplines  scientifiques fondamentales de l’ingénierie.
 
Les progrès de la physique ont exercé une immense influence sur toute la conception du monde contemporain. Ceci est dû avant tout aux liens étroits unissent la physique et la. théorie de la connaissance, Des divisions fondamentales la physique moderne, comme l’étude de la structure de la matière, la théorie de .a relativité, la mécanique quantique, sont organiquement liées a la théorie de la connaissance.
 
La théorie restreinte et généralisée de la. Relativité d’Albert Einstein e la théorie de la, mécanique quantique ont été naturellement des théories fondamentales qui ont donné le départ de la théorie scientifique moderne en physique et pour une grande part dans toutes les sciences de la nature.
 
Dans la science contemporaine, les travaux scientifiques d’Einstein, en offrent un exemple saisissant. Il prouve que de la relativité de l’espace, du temps et mouvement, on peut déduire que la masse d’un corps dépend de sa vitesse et donc l’énergie de son mouvement. Si la vitesse approche de sa limite - 300 000 km/ sec - la masse du corps tend vers l’infini, La. Thèse d’Einstein selon laquelle la masse d’un  corps au repos dépend de son énergie interne E eut une immense importance. Ces ainsi que fut jetée la base de l’énergétique de la révolution scientifique et technique Il apparaissait que si l’on mesurait l’énergie et la masse au moyen des unités  habituelles, l’énergie est égale à la masse multipliée par le carré de la vitesse de la lumière -1. Autrement dit E.=ml
 
La division du noyau d’uranium dégage 3 millions de fois plus d’énergie que la réaction chimique d’une combustion (1g d’uranium fournit plus de chaleur que 3 tonnes de charbon). Cependant ce n’est là. Qu’une petite partie de l’énergie contenue dans toute la masse de la matière. Déjà l’énergie nucléaire utilise environ dix fois plus de l’énergie intérieure des particules comparativement à l’énergie atomique de l désintégration des noyaux lourds.
 
La formule d’Einstein ouvre des perspectives encore plus lointaines et grandioses à l’utilisation de l’énergie du noyau, elle recèle les étapes suivantes de la révolution scientifique et technique en matière énergétique. Pour se faire une idée complète des possibilités énergétiques de la matière découlant de la formule d’Einstein, il suffit de se livrer â, de simples calculs arithmétiques.
 
 
D’après la formule d’Einstein, l’énergie est égale à la masse (disons par exemple 1g) multipliée par le carré de la vitesse de la lumière -1. La vitesse de la lumière est de 300 000 km/s, ou 3.10 cm/s. Conséquence 1 = 9,10 cm/s. En multipliant la masse en grammes par 1 nous obtenons l’énergie qu’elle contient en ergs. 1kWh est égal à. 3,6.10 ergs. Donc l’énergie totale recelée dans un gramme de matière est égale à 9.10 ergs; et divisée par 3,6.10 , elle est égale à 2.5.10 kWh (ou 25 millions de kwh).
 
A partir des réactions qui nous sont connues aujourd’hui, la réalisation complète de cette énergie n’est possible que par le heurt de la matière et de l’antimatière, que par la réaction dite d’annihilation. Il a été établi que si une particule rencontre l’antiparticule qui lui correspond, elles annihilent, disparaissent, tandis que leur énergie et leur masse se transforment en énergie et de plus intégralement (par exemple dans la radiation), sans enfreindre la loi de la conservation, avec réalisation totale de toute l’énergie, conformément à la formule d’Einstein E = ml Ce qui dépasse de plusieurs milliers de fois la quantité d’énergie par unité de masse dégagée lors des réactions nucléaires,
 
La révolution en physique renferme donc des possibilités de tournants dans la technique et dans toute la production matérielle.
 
Autre axe de la révolution scientifique en physique, étroitement lié à. la physique nucléaire et à l’énergétique atomique la mécanique quantique, annonciatrice de tournants révolutionnaires dans la technique, la technologie et la production.
 
On peut comprendre les processus aboutissant à la fission et à la synthèse nucléaires uniquement à, l’aide de la théorie des quanta. La mécanique quantique fut la base théorique du développement de l’électronique, et plus tard, des générateurs quantiques de lumière, les lasers, c’est-à-dire la base fondamentale d’un tournant révolutionnaire déjà visible dans la technologie de production.
 
Les possibilités offertes par l’utilisation des rayons laser sont immenses.
Les propriétés du rayon laser -la possibilité de la focaliser sur des masses infimes de la matière- permettent, en le dirigeant sur une masse thermonucléaire (mélange de deutérium et de tritium), de créer les conditions d’une réaction thermonucléaire température de dizaines de millions de degrés et densité du combustible dépassant de centaines de fois la densité du corps solide. C’est là une des orientations prometteuses de la création d’une énergie thermonucléaire.
 
L’application de la technique du laser ouvre aussi de grandes perspectives à. la création d’une méthode optique de traitement des informations et la fabrication de calculatrices optiques à vitesse opératoire - ce qu’on appelle l’optoélectronique. Cela concerne le remplacement d’une liaison habituelle par câble et fil par une liaison optique - par guide de lumière en fibre, la fabrication d’une <mémoire optique de travail d’une grande capacité pour les ordinateurs et d’une <mémoire) permanente pour les systèmes d’information.
 
 
Toutes ces idées et. Découvertes ont ouvert la porte a un progrès extraordinaire de la radiotechnique et au cortège triomphai de l1ectronique, qui pénètre littéralement touti’4es branches de la technique et des domaines de pointe de la technologie.
 
L’influence que la physique, et notamment la théorie des quanta, a exercé sur les sciences chimiques, est à. cet égard très instructive. La classification périodique de Mendêléev, qui était dans une grande mesure une loi empirique de la chimie, a acquis, avec le développement. de la mécanique quantique et l’homologation du modèle atomique quantique, de solides bases théoriques, fi se trouve que la disposition des éléments découverte par Mendéléev a un sens physique à. la fois important et simple. Le numéro d’ordre d’un élément dans le sens mendéléevien (les physiciens l’appellent nombre atomique) est égal au nombre de charges positives ou, autrement dit, au nombre de protons contenus dans le noyau des atomes de cet élément. La loi de Mendéléev est devenue l’une des lois de la physique atomique et nucléaire.
La théorie des quanta ouvre d’immenses possibilités à la physique des solides dans le domaine de l’action sur les propriétés fondamentales des métaux et du cristal en général. Les propriétés quantiques des solides permettent d’utiliser le cristal dans la fabrication de nombreux instruments de physique. L’étude des phénomènes physiques sur de minces films semi-conducteurs est devenue l’élément essentiel des travaux menés pour obtenir des circuits intégrés, hybrides et fonctionnels, ce qui touche directement à. la miniaturisation et à la microminiaturisation des montages électroniques et à la création des dernières générations d’ordinateurs.
 
Tel est le tableau bien incomplet des changements décisifs intervenus dans la physique au XXÔ siècle. Tout ce que nous venons de dire concerne des découvertes scientifiques déjà. faites et leurs incidences déjà. Visibles sur la technique et la production matérielle,
 
Mais la révolution dans la physique se poursuit. Les moyens techniques toujours plus puissants mis à la disposition de la recherche dans le domaine dé la physique augmentent sans cesse ses possibilités. Dotés d’une technique de recherches et d’expériences de plus en plus complexe, les physiciens, en pénétrant dans les profondeurs du micro et du macro- monde, découvrent des problèmes toujours nouveaux et non résolus d’une importance globale et fondamentale.
 
Les succès obtenus dans la construction d’accélérateurs de particules à. énergie toujours plus grande ont permis d’obtenir des données très importantes qui ont fait surgir des problèmes fondamentaux dont la solution ouvrira à. l’humanité de nouvelles possibilités.
 
Ce sont en premier lieu les problèmes de la structure des particules à forte interaction (les adrons ), dont les plus connus sont le proton et le neutron. Leurs propriétés et leur systématique sont aujourd’hui bien décrites à. partir de l’hypothèse des particules subélémentaires, les quarks...
 
 
Il est tout à fait possible que l’énergie obtenue avec les accélérateurs actuels ne soit pas suffisante pour libérer les quarks concentrés dans les adrons. Si cette hypothèse se confirme, cela veut dire qu’il faudra envisager des procédés de dégagement d’énergie dans l’acte élémentaire des centaines ou des milliers de fais plus puissant que celui obtenu avec les réactions nucléaires classiques, ceci ouvrant la perspective d’un bond gigantesque dans les possibilités énergétiques de l’Univers et peut-être de l’humanité.
 
Autre groupe encore, celui des problèmes de la. faible interaction. Il peut avoir une importance fondamentale non seulement pour comprendre la microstructure de la matière, mais aussi la structure spatio-temporelle de notre monde et, peut-être, pour la cosmologie. Notamment, il pourra se faire que la solution des problèmes principaux de la structure de la. matière nécessitera de revoir les représentations fondamentales de l’espace et du temps, que la pénétration dans le coeur du micro-monde rendra possible des procédés qui nous paraissent aujourd’hui invraisemblables I ».
 
De l’avis des physiciens,le rapprochement des particules à une distance de 10 - 16 - 10 - 17 cm peut faire surgir des phénomènes d’une importance fondamentale. Des distances de cet ordre correspondent à une énergie d’environ 300 milliards d’électrovolts dans un système dont le centre d’inertie correspond à des particules en collision. C’est pourquoi L’étude d’un ensemble permet d’obtenir des protons d’une énergie de 2 à 5 mille milliards d’électrovolts.
Et de nouvelles possibilités jusque-là inconnues apparaissent encore ‘ le choc des noyaux lourds peut faire surgir des phénomènes comparables aux ondes de choc sous l’action desquelles la matière nucléaire peut passer à des états inhabituels. Les scientifiques chercheurs signalent à ce propos l’existence possible de nouvelles formes de matières nucléaires différentes des noyaux atomiques que nous connaissons.
 
L’accélération de la technique engendre de nouveaux phénomènes pratiques d’ordre purement technologique et scientifique. En voici quelques exemples:
 
Les faisceaux des particules accélérées s’exercent sur de nombreuses substances très spécifiques qu’on ne peut obtenir par d’autres méthodes,
 
les sources de rayons gamma, les accélérateurs électroniques sont largement utilisés pour la stérilisation dans l’industrie des instruments médicaux, pour la polymérisation par rayonnement de l’isolant des câbles, pour la défectoscopie des grosses pièces dans l’industrie mécanique, etc.;
 
les faisceaux d’électrons d’une intensité atteignant un million d’ampères sont appliqués dans les recherches pour le contrôle de la fusion thermonucléaire;
 
Les ions lourds accélérés peuvent être utilisés dans la fabrication de filtres moléculaires à virus par irradiation d’un film plastique Ces filtres permettent de procéder à la désinfection de l’eau par simple filtrage.
 
Ces exemples que nous avons cité dans le domaine de la physique peuvent aboutir à une interprétation nouvelle des sciences de la nature et des lois générales du monde, ouvrir de nouvelles perspectives à la nouvelle technique et l’informatisation de la société et de la production Cette révolution dans le domaine des sciences physiques est inséparable dans les sciences chimiques dans l’unité dialectique du processus des connaissances scientifiques et techniques et. de leurs applications.
 
11. Les sciences chimiques
 
La révolution dans les sciences chimiques s’est développée d’un côté de façon autonome dans le cadre même de cette science, c’est-à-dire dans le processus de l’unification et de la diversification des branches scientifiques chimiques, et de l’autre, sous la puissance des récentes tendances apparues en physique et avant tout en physique quantique, nucléaire, en physique des hautes énergies ou physique subatomique.
 
La révolution technique en chimie est liée au contrôle de la structure des molécules et conséquemment à la création de substances à structure et propriétés définies d’avance, c’est-à-dire à la création de liaisons chimiques contrôlées. Là aussi, l’intégration (ou l’interaction) et l’utilisation (différenciation) des récentes conceptions des sciences physiques jouent un rôle de premier plan. D’une part, l’application scientifique de l’architecture des molécules fut suivies de découvertes fondamentales celle, par exemple, qui a permis de déterminer les poids moléculaires et. la validation de la notion de valence des éléments, c’est-à-dire le nombre d’atomes types avec lesquels un atome de l’élément donné est capable de s’unir pour former une combinaison stable. Ainsi furent formulées les lois de La composition des molécules et jetées les bases théoriques de la synthèse chimique de la matière. D’autre part, le progrès enregistré par la science chimique elle-même met à profit les nouvelles théories et possibilités offertes par les branches scientifiques de la physique moderne, qui lui apportent en premier lieu l’explication théorique des nombreuses lois établies empiriquement.
 
Ceci dit,le développement des sciences vers le milieu du XXè siècle a permis de découvrir que non seulement l’électron en mouvement crée un champ magnétique mais que l’électron au repos, également un ‘ aimant élémentaire possède un ensemble de propriétés qui lui permettent d’être valentiel,  Ce rôle de l’électron entraîne tout un ensemble de phénomènes remarquables dans la. Chimie des cristaux, incluant le contrôle d’un réseau cristallin, le contrôle des propriétés semi-conductrices et diélectriques, la formation de composés chimiques entièrement nouveaux.
321
La possibilité de constituer des molécules et des substances nécessitait naturellement de poursuivre l’étude approfondie de l’architecture des substances et des molécules existantes, de son interrelation avec les propriétés essentielles de la substance, ainsi que de découvrir les moyens d’agir sur l’architecture des molécules. Il fallait étudier intensément l’architecture chez ce grand architecte qu’est la nature. Les propriétés essentielles de la matière dépendant de la disposition géométrique de mêmes atomes dans l’espace (dans le cadre des molécules) ont donné naissance à une branche spécifique de la chimie qui s’occupe de la disposition spatiale des atomes dans la molécule et de l’influence de ce facteur géométrique sur les propriétés de la matière c’est la stéréochimie. L’apparition de cette science était déjà prévue au siècle dernier par A. Bourtherov,
 
C’est pourquoi nous pouvons poser clairement expliquer la nature de la diversification des branches scientifiques ( physiques, chimiques, biologiques ) à la fois dans l’unité dialectique d’interaction fondamentale et dans la diversité de l’union et de lutte de leurs contraintes ? Autrement dit, si la connaissance complète de la structure et des lois du monde environnant a offert à l’humanité, à la technique et à la production, la possibilité de créer de façon contrôlée  et planifiée, des substances et des matériaux dotés de propriétés définies à l’avance et nécessaires aux hommes, est-ce qu’il y aura une réponse scientifique qui résoudra le problème des objets du travail informatisé - l’un des éléments de base essentiels pour la production matérielle assistée par les nouvelles technologie de l’informatique?
 
D’abord, l’essence et la spécificité de la révolution scientifique et technique s’expriment dans la combinaison de l’analyse et de l’explication de la structure de la matière, de la nature des réactions et des processus qui se produisent dans le monde environnant de la structure des processus de la vie organique, du fonctionnement des mécanismes et de l’action mécanique sur les processus du travail, avec des procédés d’un tout. autre ordre comme:
 
- l’action orientée sur la structure de la matière, sur la synthèse des corps à propriétés données d’avance, sur l’obtention artificielle et sur le contrôle des réactions de désintégration et de synthèse des noyaux lourds et légers;
 
- l’élaboration et l’utilisation pratique d’une théorie de l’information, d’une théorie et d’une pratique de la commande automatique, des systèmes des machines;
 
- la création de systèmes de traitement automatique de l’information, de systèmes de gestion automatique et automatisée dans l’ensemble complexe de technique et de production socio-économiques;
- une deuxième action orientée sur le processus de la vie organique toujours plus importante.
Les caractéristiques d’ordre matériel et technique de la. Révolution scientifique de l’informatique avec pour corollaire, les changements radicaux intervenus dans les relations de l’homme avec le milieu, définissent l’aspect social de cette révolution. Elle ne modifie pas seulement la technique et la technologie informatique en particulier, mais elle crée aussi des conditions nécessaires pour un changement radical du caractère et du contenu du travail humain dans les processus technologiques en général. De plus, elle change radicalement le rôle de l’homme et le rôle de la science elle-môme dans le système des forces productives.
 
Une des conséquences sociales importantes de la révolution scientifique et technique est quelle offre en môme temps la possibilité d’augmenter sensiblement le temps libre, ce qui à son tour crée des conditions pour une augmentation du niveau d’instruction et de qualification. La vie intellectuelle des hommes est elle aussi profondément modifiée ils reçoivent une masse et un éventail d’informations sans cesse croissants, les moyens modernes de transports et de communications augmentent de façon extraordinaire leurs possibilités de participer aux événements les plus divers, se rapportant à des époques ou à des lieux les plus variés, l’éventail usuel des biens de consommation et des services change radicalement, entraînant un changement corollaire des besoins humains. Toutes ces modifications sont marquées par un extraordinaire dynamisme du développement social.
 
Ainsi, la révolution scientifique crée les prémisses matérielles d’un développement des forces productives, d’une augmentation du potentiel scientifique qui donne à la disposition de l’homme les possibilités créatrices qui lui permettent d’intervenir pour modifier et résoudre les problèmes socio-économiques essentiels du mode de production. Une autre prémisse exceptionnellement importante de la révolution dans les sciences de la nature est l’intervention des mathématiques et des méthode mathématiques dans tous les domaines des sciences de la nature. La formulation des lois essentielles de la physique, de la chimie, de la biologie et de l’informatique s’appuie aujourd’hui sur les mathématiques. C’est par cette réalité que nous voulons élaborer les progrès de la chimie théorique, l’utilisation des résultats de la physique qui ont considérablement élargi l’éventail des problèmes étudiés par les sciences chimiques. Car la chimie englobe des domaines toujours nouveaux du monde organique et inorganique, pénètre dans le domaine des sciences connexes, forme de nouvelles sciences limitrophes. S’enrichissant des méthodes et des conclusions de ces sciences, tout en les enrichissant en nième temps, nous voulons citer les orientations fondamentales de la chimie.
 
Dans un premier temps, nous divisons la chimie générale en deux parties fondamentales celle de la chimie élémento-organique et celle de la chimie non organique. Dans un deuxième temps, nous étudierons la diversification des branches scientifiques de la chimie et nous voulons montrer la possibilité de cette différenciation dans le système existant des sciences. La chimie des composés complexes, la géo-chimie ou la chimie de la terre, la mécanique physico-chimique, l’électrochimie, la biochimie, la radio-chimie, la physique chimique, la cinétique chimique, et pour terminer la chimie des solides et l’agrochimie. Puis, nous montrerons, d’une part, dans le développement de la chimie des solides, les problèmes des classifications chimiques de ces solides, et d’autre part, la méthode de la stratification moléculaire crée par les chercheurs de notre époque, qui a contribué non seulement au développement des sciences physiques, mais aussi les progrès enregistrés par les sciences chimiques exerceront à leur tour, une immense influence sur les développements réellement révolutionnaires qui ont lieu dans les sciences biologiques..
 
 
Le développement des sciences chimiques et la classification des  branches scientifiques:
 
 
a) La chimie élémento -organique, qui se situe a la jonction de la chimie organique et non organique Le développement de cette branche a permis de créer des familles entières de nouveaux polymères de composés organométalliques et organosiliciés aux propriétés encore inconnues, ainsi que d’adopter des méthodes technologiques d’obtention des polymères incomparablement plus simples et plus économiques.
 
b) La chimie des composés complexas qui permet de découvrir de multiples classes de nouveaux composés chimiques. Elle a, permis de créer une .industrie  des métaux précieux et de résoudre les aspects chimiques de l’énergie nucléaire, La chimie des composés complexes joue un rôle déterminant en ce qui concerne la mise au point de procédés chimico technologiques  efficaces pour le traitement de la matière première.*
 
c) La géochimie ou chimie de la Terre, qui dans ses recherches  les matières et les processus terrestres s’appuie sur les lois et les méthodes chimiques. Cette science étudie l’évolution chimique de notre planète, cherche à expliquer du point de vue chimique l’origine et l’histoire de la Terre, de ses couches, son relief, montagnes, mers et océans.
 
 
d) La .mécanique physico-chimique   qui relie les propriétés mécaniques et électriques de la matière à. sa composition et sa structure chimique.
 
e) L’électrochimie, ramification de la chimie consacrée à l’ étude des propriétés des systèmes contenant des ions et des processus où interviennent des ions, se déroulant au point de rencontre de ces systèmes avec d’autres  corps, notamment les métaux. On peut classer dans l’électrochimie tout ce qui rapporte à la liaison entre les phénomènes électriques et chimiques.
 
f) La biochimie, qui étudie la structure des protéines et des molécules protéines, les fonctions des enzymes, les problèmes de la synthèse et protéines.  dans l’organisme, la relation de dépendance entre la structure chimique et. fonctions biologiques (activité) des protéines. La. biochimie étudie des processus essentiels et complexes contre 1’ immunité et les propriétés immunisantes des  protéines
 
g) .La radiochimie, qui est étroitement liée aux problèmes de la radio- activité et des isotopes radioactifs, à  l’utilisation de l’énergie atomique.
 
h) La physique chimique, qui s’intéresse à l’application des résultats la physique moderne, aux problèmes essentiels de la chimie, et précisément aux questions  de la structure des atomes et des molécules et à. l’étude du mécanisme intime réactions chimiques.
 
i) La cinétique chimique, science des transformations chimiques .qui die les vitesses et les orientations de la réaction chimique. L’élaboration d’une  théorie générale des processus en chaîne et la découverte des possibilités de contrôler les réactions chimiques en chaîne sont fonction du développement de cette branche de la chimie.
 
Les progrès enregistrés par les sciences physiques et les sciences chimiques ont une influence sur les sciences biologiques Car c’est â partir de la physique et de la chimie que les biologistes s’attelant avec énergie et efficacité â l’étude des processus complexes qui se déroulent dans l’organisme vivant, Et réciproquement. la chimie cherche â utiliser les principes biologiques pour résoudre les tâches de la synthèse chimique.
 
III les sciences biologiques
 
Les récentes découvertes de la physique, de la chimie et des méthodes mathématiques ont entraîné une véritable révolution dans les sciences biologiques. La biologie moléculaire a révolutionné la science du monde vivant dans les mômes proportions que la théorie quantique a révolutionné la physique nucléaire il y a de cela quarante ans.
 
L’étude intense des fonctions biologiques des êtres vivants. à partir de l’analyse de la structure et des interactions moléculaires a conféré à la biochimie un rôle dirigeant et débouchant sur une science relativement nouvelle - la biologie moléculaire. En môme temps, l’établissement du principe catalytique du fonctionnement de la matière vivante fut d’une portée fondamentale pour le développement de la science biologique.
 
Prenons les ferments dans le domaine des sciences biologiques
Les ferments sont sous bien des rapports incomparablement supérieurs aux catalyseurs artificiels. Avant tout par leur puissance d’action, des milliers de réactions chimiques se déroulent dans les organismes vivants à. l’aide des ferments, en l’absence de hautes températures et pressions, des millions et des milliards de fois plus vite qu’en présence des meilleurs catalyseurs chimiques.
 
Les ferments ont encore un autre avantages - le plus important. Ils se distinguent des catalyseurs artificiels par la rationalité surprenante de leurs actions, rigoureusement orientées et d’une efficacité maximale. Chaque ferment agit de façon optimale, sans recherche de solutions technologiques optimales ‘, en ne transformant qu’un seul composé ou un groupe de composés très proches. et en les transformant dans une direction rigoureusement déterminée.)
 
La découverte et la description d’un nombre croissant de réactions biochimiques mettait â l’ordre du jour la tâche de chercher  à établir les principes fondamentaux qui régissent la nature et l’interdépendance de ces réactions. Sans cela. il était impossible d’élaborer une systématique des processus vivants, des innombrables termes biochimiques.
 
 
La solution de ces problèmes fut d’abord liée a deux découvertes fondamentales faites dans les années trente et quarante et qui ont été des éléments essentiels de la révolution dans les sciences biologiques, en particulier sur le plan biochimique. La première est la découverte de la «  conservation.» de l’énergie des réactions  biochimiques sous forme de liaisons chimiques particulières dans une matière qui reçut le nom de triphosphate d’adénosine. La deuxième est la découverte du principe de conjugaison  des réactions dans les systèmes biologiques, c’est-à-dire que le surplus d’énergie formé dans une des réactions en cours peut se transmettre à une autre réaction qui sans cela ne serait pas d’elle-même possible.
 
Ces deux découvertes fondamentales apportent immédiatement de la logique dans les recherches sur l’organisation biochimiques de l’activité des cellules en permettant de distinguer les combinaisons des réactions énergétiquement. admissibles et non admissibles. Ainsi commença l’assemblement des éléments biochimiques en groupes séparés ou en mécanismes entiers, et lorsque les chercheurs eurent fiai d’opérer sur un certain segment, ils s’aperçurent qu’ils avalent réussi à former, à partir d’éléments, tel ou tel processus physiologique dont les biochimistes avaient entrepris l’élaboration trente ans auparavant. ‘ »[7]
 
Les progrès ultérieurs de la science, une pénétration plus profonde des secrets de la vie permirent de découvrirent des processus plus complexes que la photosynthèse et la respiration, que la biochimie ne permettait pas encore de comprendre. C’était en premier lieu les processus de croissance et de développement ainsi que les phénomènes de l’hérédité et de sa transmission.
 
Ni les méthodes et expériences de la physiologie, ni celles de la biochimie n’avaient pu mettre en lumière les propriétés de la matière vivante qui constituent le fond de ces phénomènes. Ce n’est qu’avec l’apparition de la microscopie électronique que l’on put pénétrer dans le monde inconnu des particules infiniment petites de la cellule vivante. Ainsi  les résultats pratiques de la révolution .intervenue dans la physique furent un puissant catalyseur de la révolution  dans la biologie. Si le pouvoir séparateur du microscope ordinaire permet d’atteindre un grossissement de deux à trois mille fois, le microscope électronique permet de grossir les objets étudiés de centaines de mille fois et même de plus d’un million de fois. La quantité se convertit en qualité des possibilités fondamentales se sont ouvertes à l’étude des organisations microscopiques, des processus intimes qui s’opèrent dans la cellule vivante.
 
En pénétrant toujours plus profondément dans les secrets des processus vivants, la. science biologique découvre aussi le mécanisme de l’utilisation de l’information génétique. Ainsi, la biologie fut amenée à étudier les molécules géantes des bio polymères : les acides nucléiques, les protéines et certains hydrates de carbone, c’est-à-dire des formations qui jouent un rôle décisif dans l’accomplissement des fonctions vitales essentielles. L’étude de ces molécules nécessitait des méthodes et des procédés spéciaux d’analyse et constitua l’une des orientations essentielles d’une science en plein essor la biologie moléculaire, dont nous parlerons un peu plus loin.
 
Les résultats  de la chimie biologique furent et sont encore aujourd’hui an paissant outil de connaissances des processus vitaux. Mais le langage de la chimie ne permettait pas lui seul de pénétrer les arcanes de la vie. La biophysique vint à la rescousse. Les recherches poursuivies pour résoudre le problème du vivant ont une immense importance méthodologique et pratique pour le développement et l’amélioration de la production matérielle,
 
L’académicien G. Frank écrit «Ce que nous appelons le vivant ne peut se traduire en langage purement chimique. Outre l’énumération des réactions qui participent aux processus chimiques de l’échange de substances, outre les  catalyseurs de réactions et la cinétique chimique de ces processus, il faut une certaine organisation dans l’espace (structure) des ensemble  rnacromoléculaires, qui déborde le cadre des représentations purement chimiques. »[8]
 
Cette organisation, écrit G. Frank, n’est pas seulement le lieu du déroulement des processus chimiques; elle agit elle-même, se modifie, détermine leur déroulement et organise. C’est pourquoi, à côté de la chimie et des approches moléculaires, nous avons besoin de ce qu’on pourrait appeler en langage conventionnel d’« approches surmoléculaires » Ces approches surmoléculaires ne peuvent déjà plus relever de la seule compétence de la chimie et de la biochimie. On voit surgir ici des processus qualitativement différents et s’ajouter aux forces chimiques d’interaction des phénomènes caractéristiques du système surmoléculaire complexe. L’étude de ces phénomènes relève habituellement de la biophysique ou de la biologie  physico chimique »[9]
 
Les sciences biologiques accordent naturellement une importance particulière la nature des activités des organismes vivants et de leurs plus infimes composants au niveau de la cellule et des composants de la cellule elle-même. La science a pénétré ainsi dans la structure inframicroscopique de la cellule, ce qui lui permit de faire des découvertes les plus inattendues, obligeant une révision radicale des idées en cours sur les principes biochimiques, biophysiques et physico-chimiques des processus cellulaires.
 
« Comment naît. une nouvelle science, une nouvelle spécialité ?», demande P. Thuiflier, ton n’a pas apporté de réponse la fois générale et satisfaisante cette question, bien que diverses hypothèses aient été formulées. »[10]
Cette interprétation nous parait sceptique, car le développement d’une nouvelle discipline et la naissance d’une nouvelle science ne dépend pas de l’identité intellectuelle ou de l’originalité des idées. Au contraire, elle dépend du caractère de la nature de l’objet de la science elle-même de méthode d’ exposition dans le plus large c’est le moyen d’atteindre un objectif, une activité ordonnée selon un certain mode. C’est par le rôle méthodologique qu’on arrache le voile l’extraordinaire aux phénomènes complexes de la nature, de la société et de la conscience humaine et oriente la science vers le dégagement des liens naturels, objectifs, obligeant le chercheur à rester sur le terrain faits rigoureusement établis. Par exemple, lob jet de la biologie moléculaire est d’étudier les manifestations essentielles de l’activité vitale à leurs niveaux primaires élémentaires dans la cellule et ses composants, le noyau et le cytoplasme, dans les infimes structures intra-cellulaires, dans les systèmes les plus simples situés à la frontière du vivant et du non vivant comme le virus et le bactériophages, et enfin, dans les systèmes des polymères biologiques macromoléculaires protéines et acides nucléides qui remplissent ses fonctions essentielles dans les formations vivantes...
 
On observe un développement particulièrement intensif des recherches de biologie moléculaires touchant les problèmes de la multiplication, de l’hérédité, de la structure et. des propriétés des composés macromoléculaires, de leur biosynthèse et des lois de leur reproduction dans les processus de croissance, de division et de développement cellulaires.
 
Autrement dit, les bios polymères macromoléculaires et les acides nucléiques sont les objets essentiels de recherche de la biologie moléculaire.
 
Au cours des trente dernières années, la biologie a connu une transformation profonde par la convergence de disciplines restées longtemps indépendantes tant par les problèmes qu’elles considéraient que par le matériel et la méthodologie qu’elles utilisaient. C’est ainsi que la physiologie cellulaire, la génétique, la biochimie, la virologie, la microbiologie se sont fondues en une discipline commune, qu’on s’accorde aujourd’hui à désigner sous le nom de biologie moléculaire. Celle-ci vise à interpréter les phénomènes qui se déroulent au sein des organismes vivants en fonctions des structures et des interrelations fonctionnelles qui se manifestent entre les constituants macromoléculaires de la cellule.
Dans sa première étape, la biologie moléculaire s’est attachée à analyser le matériel cellulaire le plus simple, à savoir la cellule bactérienne, que certaines découvertes avaient rendue accessible à. une telle étude. En quelques années, l’élucidation de la structure des principales macromolécules biologiques, protéines et acides nucléiques, l’interprétation de leurs fonctions en termes de structure, la reconnaissance de leur voies de biosynthèse et de leurs régulations ont renouvelé notre connaissance de l’hérédité et des mécanismes cellulaires. »[11]
 
Ceci éprouve le développement et la différenciation, de plus l’interconnexion des sciences fait que les résultats, les modèles et les méthodes de certaines sciences sont de plus en plus largement utilisés en d’autres ( par exemple l’emploi des dodèles physiques et chimiques en biologie et en médecine); cela fait apparaître le problème de la recherche interdisciplinaire. Une autre particularité importante de l’étape actuelle du développement de la science consiste à l’accroissement considérable du rôle des éléments constructifs dans la connaissance scientifique. « D’une part. chez l’organisme entier, d’autres part dans les cultures de cellules somatiques prélevées chez les organismes complexes. »[12] car la découverte de la nature et de la structure des acides nucléides démontre l’exceptionnelle rationalité de la nature et de l’organisation de ses créatures, En fait, les acides nucléiques sont composés en tout de quatre éléments : les quatre nucléotidiques qui ne se distinguent l’un de l’autre que par leur teneur en azote - adénine, guanine, cytosine, themine. Ainsi, la formidable diversité de la. vie sur la. Terre a. toujours une base biochimique parfaitement unique et universelle. De plus, le principe de complémentarité, qui explique le secret séculaire de l’hérédité, est une des bases essentielles de la. biologie moléculaire avec lequel on a établi que dans une molécule d’ADN, la quantité de guanine est toujours égale à. la quantité de cytosine, et la quantité d’adénine est égaie à. la quantité de themine. Au cours de l’activité vitale de l’organisme, les molécules d’A.D.N. impliquées dans les échanges cellulaires subissent de nombreuses détériorations sous l’influence de facteurs internes et externes. Ainsi, les nouvelles orientations du développement de la biologie moléculaire et ses progrès révolutionnaires continus s’appuient sur de solides bases de méthodologie générale.
 
« Il s’agit de la combinaison, de la  synthèse organique et très fructueuse, de deux démarches méthodologiques. l’étude de la  nature et des propriétés des composants les plus simples d’un corps complexe, et l’étude de la structure, de l’organisation, des propriétés du corps complexe dans son ensemble, des forces et processus qui constituent ce système en tant. que tout.
 
La question essentielle est de savoir comment le simple donne naissance au complexe, quelles sont les forces et les lois qui opèrent ici, comment se structurent de nouvelles propriétés du système complexe.
 
Il s’agit d’une orientation de la recherche scientifique qui part des niveaux moléculaires les plus primitifs et les plus élémentaires conduisant è, des niveaux d’organisation de complexité croissante, à. des systèmes dotés de nouvelles propriétés et fonctions . »[13] (
 
Le trait essentiel de ce passage du simple au complexe étant un processus intégré, on propose le terme d’intégrisme pour définir l’orientation de science cognitive.
 
Si l’on analyse le développement des sciences naturelles, techniques et sociales, on découvre beaucoup de traits communs dans leur méthodologie et leur pratique.
 
Ainsi, cette démarche méthodologique est-elle absolument indispensable tant en ce qui concerne la création des systèmes automatiques que l’élaboration de l’énorme majorité des programmes complexes, puisqu’il s’agit de résoudre les problèmes de la relation entre la partie et le tout, entre le simple et le composé. La nécessité d’une telle démarche méthodologique se fait plus que jamais sentir aujourd’hui en ce qui concerne la solution des problèmes économiques et socio-économiques et l’élaboration des programmes dans lesquels nous avons toujours affaire à de grands systèmes complexes à plusieurs composants.
 
D’oc l’actualité du problème de 1’« intégrisme » pour toutes les sciences de la nature, techniques et sociales. Le mécanisme du développement des sciences de leur processus de l’unification de la différenciation des branches scientifiques occupe une place importante dans l’orientation de la pensée scientifique et technique de notre siècle. 11 ouvre deux possibilités fondamentales pour développer et perfectionner les forces productives matérielles, à travers lesquelles nous pouvons constater le développement de la révolution dans les sciences de la nature, technique, sociale et leur interaction dialectique sous deux aspects:
 
Premièrement, l’humanité pourra influer de façon orientée sur les processus de la vie organique et à partir de la. Élever de façon colossale l’efficacité de la production sociale, et également augmenter les possibilités de l’homme lui-même - première force productive de la société -, et le parfaire considérablement.
 
Deuxièmement, la société pourra en permanence introduire dans la production les résultats technologiques et organisationnels de la vie organique > et à. partir de là permettre une nouvelle révolution scientifique et technique qui, on a toute raison de le penser, laissera loin derrière elle les possibilités ouvertes par l’actuelle révolution scientifique et technique.
 
Cette révolution dans les sciences biologiques réveille la « technique », « la «technologie » et l’organisation de systèmes de fonctionnement qui dépassent en complexité tous les systèmes que l’homme a pu créer et qui possèdent une productivité encore jamais vue dans la pratique de l’industrie mondiale en même temps qu’une capacité, une infinité de dimensions, un rendement économique et une fiabilité inimaginable.
 
La phase active de la révolution dans les sciences biologiques a commencé, semble-t-il, plus tard qu’en physique et en chimie, et ses résultats pratiques ne sont peut être pas aussi évidents et importants que les résultats atteints par les physiciens et les chimistes, Mais il est déjà visible aujourd’hui que les possibilités, tant d’ordre cognitif que pratique, ouvertes par la révolution dans les sciences sont d’une  ampleur qu’elles pourront servir de tremplin â. une nouvelle révolution scientifique et informatique, ce qui signifie le développement des sciences physiques, chimiques, biologiques comme la base du développement et de la différenciation des branches scientifiques de l’informatique,
 
 
 
                 LA CONFERENCE DE L’ACADEMIE  DES SCIENCES
 
Le 13 mai 2008  prochaine la section de Biologie moléculaire et cellulaire, génomique de l’Académie des sciences  organisera  une conférence  sur l’épigénétique et mémoire cellulaire. C’est une nouvelle discipline  de la Biologie moléculaire et cellulaire, génomique. La question qui se pose Qu’est-ce que l’épigénétique? 
 
C’est souvent à Conrad Waddington (1905-1975) qu’on attribue l’invention du terme « épigénétique », en 1942, pour nommer « la branche de la biologie qui étudie les relations de cause à effet entre les gènes et leurs produits, faisant apparaître le phénotype ». La première mention de l’épigénétique dans la littérature est apparue au milieu du XIXème siècle, mais on peut faire remonter l’origine du concept à Aristote (384-322 av. J.-C.). Il croyait en une épigénèse : c’est-à-dire le développement d’une forme organique individuelle dérivée de l’informe. Ce point de vue contesté était le principal argument contre une forme de développement à partir de minuscules corps déjà formés. Encore aujourd’hui, la question de savoir dans quelle mesure nous sommes préprogrammés ou façonnés par l’environnement continue à susciter des controverses. Le domaine de l’épigénétique est apparu pour combler la brèche entre l’inné et l’acquis. Au XXIème siècle, la définition la plus courante de l’épigénétique est « l’étude des changements héréditaires dans la fonction des gènes, ayant lieu sans altération de la séquence ADN ». Mais voyons ce que les scientifiques qui travaillent dans ce domaine florissant ont à dire sur le sujet… « L’épigénétique a toujours été l’ensemble de ces choses bizarres et merveilleuses que la génétique ne sait pas expliquer. »[14]

« L’ADN est comme une bande magnétique porteuse d’information, mais qui ne sert à rien sans magnétophone. L’épigénétique joue en quelque sorte le rôle du magnétophone. »[15]  Selon Jörn Walter[16] « Je prendrais une photo d’un ordinateur et je comparerais l’ADN au disque dur et l’épigénome aux logiciels. On peut accéder à certaines informations sur le disque dur grâce aux programmes installés sur l’ordinateur. Mais il y a certains domaines qui sont protégés par des mots de passe et d’autres qui ne le sont pas. Je dirais que l’on essaye de comprendre pourquoi il y a des mots de passe pour certaines zones alors que d’autres sont libres d’accès. » Pour Gunter Reuter[17]« Il y a environ deux mètres d’ADN dans un noyau qui ne fait que quelques micromètres. Nous essayons de comprendre les mécanismes qui permettent l’accès à l’ADN, malgré le minuscule volume du noyau. »
 
Au fond, Les commutateurs génétiques et épigénétiques déterminent si les gènes sont actifs ou non. Ce sont des protéines codées par la séquence ADN, appelées facteurs de transcription, qui jouent le rôle de commutateurs génétiques. Les commutateurs épigénétiques, eux, consistent en des modifications chimiques de l’ADN et des protéines histone qui lui sont associées, ainsi que des modifications dans la structure de la chromatine, ce complexe de protéines et d’ADN qui constitue les chromosomes. Moshe étudie le rôle de ces commutateurs dans des processus biologiques aussi divers que le diabète de type II, la maladie rénale polycystique, le développement d’organes tels que le cœur et le foie, et la transformation des cellules en cellules cancéreuses. De plus en plus la révolution du génie génétique a envahit  l’espace scientifique.« La gestion de l’information dans le noyau nécessite qu’une partie de l’information génétique soit extrêmement compactée dans le génome. De plus, une autre partie de l’information génétique doit être activée et marcher en permanence, comme les gènes dits « de ménage » par exemple. Alors l’épigénétique ressemble un peu à la façon dont on organise ses papiers à la maison : on garde à portée de la main ceux que l’on utilise régulièrement, mais on range les vieux bulletins scolaires dans des boîtes que l’on met au grenier. »[18]« On peut sans doute comparer la distinction entre la génétique et l’épigénétique à la différence entre l’écriture d’un livre et sa lecture. Une fois que le livre est écrit, le texte (les gènes ou l’information stockée sous forme d’ADN) seront les mêmes dans tous les exemplaires distribués au public. Cependant, chaque lecteur d’un livre donné aura une interprétation légèrement différente de l’histoire, qui suscitera en lui des émotions et des projections personnelles au fil des chapitres. D’une manière très comparable, l’épigénétique permettrait plusieurs lectures d’une matrice fixe (le livre ou le code génétique), donnant lieu à diverses interprétations, selon les conditions dans lesquelles on interroge cette matrice. »
 
Thomas Jenuwein  pense que  plus de 50 ans ont passé depuis la première publication par
Watson et Crick sur la structure tridimensionnelle de la double hélice d’ADN. Maintenant que la théorie darwinienne de l’évolution a fait son chemin dans les esprits, la découverte que l’ADN code pour les caractéristiques héréditaires est largement acceptée. Lorsque Crick nous a quittés  l’ampleur de la couverture médiatique a montré combien cette notion était reconnue bien au-delà de la communauté scientifique. Cependant, nous commençons à nous rendre compte que les théories de l’évolution centrées sur les gènes ont une portée limitée. Le maître plan génétique, tout comme une partition musicale complexe, reste sans vie sans un orchestre de cellules (les musiciens) et leurs épigénotypes (les instruments) pour l’interpréter.

            La science lève aujourd’hui le voile sur la manière dont se joue notre partition génétique, l’interprétation étant apparemment radicalement différente d’une génération à l’autre sans que la séquence d’ADN n’ait subi de changement. Le domaine de l’épigénétique cherche à déterminer comment les mécanismes régulant la maturation moléculaire des gènes influent sur la fonction génomique. Parmi les facteurs épigénétiques, on compte à la fois l’organisation spatiale, telle l’enroulement de l’ADN autour de protéines nommées histones (chromatine), et l’étiquetage biochimique.
 
                Il existe des centaines de types de cellules différents dans le corps. Bien que chacune ait le même point de départ, les caractéristiques d’un neurone sont bien différentes de celles d’une cellule hépatique. Pour les quelque 30 000 gènes que compte le génome humain, l’importance du silence, comme dans toute interprétation orchestrale, ne doit pas être sous-estimée. Au fur et à mesure que les cellules se développent, leur destinée est régie par l’utilisation sélective et la mise sous silence de gènes. Ce processus dépend de facteurs épigénétiques. Les profils de méthylation de l’ADN jouent un rôle dans toutes sortes de phénomènes où les gènes sont activés et désactivés, qu’il s’agisse de la tache de violet sur un pétale de pétunia ou du développement de tumeurs malignes.
 
              L’incapacité à réduire certains gènes au silence peut générer une dangereuse cacophonie. Une méthylation insuffisante de l’ADN peut altérer l’organisation de la chromatine, ce qui influencera ensuite les gènes qui seront mis sous silence après la division cellulaire. Une méthylation excessive peut anéantir le travail des gènes suppresseurs de tumeurs et de réparation de l’ADN, qui ont un rôle protecteur. Des épimutations de ce genre ont été observées dans toutes sortes de cancers. Ces découvertes en épigénétique ouvrent la voie à l’exploration de nouvelles possibilités thérapeutiques.
 
               L’épigénétique fournit également au matériel génétique un moyen de réagir à l’évolution des conditions environnementales. Bien que les plantes n’aient ni système nerveux ni cerveau, leurs cellules ont la faculté de mémoriser les changements saisonniers. Chez certaines espèces bisannuelles, cette aptitude est liée à leur capacité de fleurir au printemps, quand elles détectent des températures ambiantes plus clémentes. Des recherches sur certains types de cresson ont permis de montrer que l’exposition au froid durant l’hiver provoque des changements structuraux dans la chromatine, qui réduisent les gènes de la floraison au silence. Ces gènes sont réactivés au printemps lorsque les journées plus longues et plus chaudes deviennent propices à la reproduction.

                  L’environnement peut aussi susciter des changements qui auront des effets sur les générations futures. Des études de laboratoire sur des souris consanguines ont récemment démontré qu’un changement de régime alimentaire peut influencer leur progéniture. Elles peuvent avoir un pelage brun, jaune ou tacheté en fonction de la manière dont le gène agouti est méthylé au cours du développement embryonnaire. Lorsque les femelles en gestation ont reçu une alimentation avec compléments riches en méthyle tels que l’acide folique et la vitamine B12, leur progéniture a surtout développé un pelage brun. La plupart des petits mis au monde par des souris témoins (qui n’avaient pas reçu de compléments) avaient un pelage jaune.
 
Tout comme le chef d’orchestre inspire la dynamique de l’exécution d’une symphonie, les facteurs épigénétiques gouvernent l’interprétation de l’ADN à l’intérieur de chaque cellule. La compréhension de ces facteurs pourrait révolutionner la biologie de l’évolution et du développement et influer ainsi sur des pratiques allant de la médecine à l’agriculture. En guise de réponse à Watson, « l’alphabet génétique serait plutôt la parole de Dieu et sa traduction en serait la main ».
 
Moshe YANIV, de l’Académie des sciences, Institut Pasteur, Paris a interprété  la question  Epigénétique et développement [19] a l dit clairement « Notre texte génétique, l’ADN, est le même dans toutes les cellules de l’organisme. Pourtant, l’information portée par ce texte n’est pas lue de la même manière dans nos cellules, et ceci contribue à la formation des tissus et organes variés qui constituent notre individu. Cette lecture différente de notre information selon la lignée cellulaire est permise par des modifications des protéines qui enrobent notre ADN, les histones, ainsi que par des méthylations de l’ADN, ou des molécules d'ARN. Ces modifications de lachromatine sont transmises au cours de la duplication de nos chromosomes, permettant ainsi de les garder en mémoire au cours des divisions cellulaires. Des anomalies de ces modifications épigénétiques peuvent aboutir à diverses pathologies dont le cancer. Cette conférence-débat illustrera les progrès récents dans cette nouvelle discipline qui représente un bouleversement important de notre compréhension de l’hérédité et de la variété biologique »[20]. Quant à Adrian Bird[21] il a étudié Adrian étudie la méthylation de l’ADN, c’est-à-dire une altération chimique de celui-ci encodant une information qui vient s’ajouter à celle de la séquence ADN. La méthylation de l’ADN joue un rôle majeur dans la mise sous silence des gènes et Adrian a trouvé des protéines qui se lient aux séquences ADN méthylées et participent à ce mécanisme. Les souris qui manquent de l’une de ces protéines, la MeCP2, développent une maladie qui ressemble à la maladie neurologique humaine appelée syndrome de Rett. En cherchant à identifier quels sont les gènes qui sont activés de manière inappropriée chez les souris déficientes en MeCP2, Adrian espère faire avancer les stratégies thérapeutiques pour cette maladie »[22].Dans son exposé à la Conférence de l’Académie des Sciences  Andrien Bird pense que « l’ADN des vertébrés covalente ADN est modifié par la méthylation de la cytosine dans l' dinucléotide séquence 5'CG3 »et que cette pensée est considérée comme une forme de mémoire cellulaire. Une façon de comprendre cette "épigénétiques" marque, est de étude des protéines qui "suit" méthyl-CG signaux dans le génome. MeCP2 est de un intérêt particulier que des mutations affectant son gène cause le syndrome de Rett les plus courantes forme héréditaire de retard mental affectant les femmes. le niveau moléculaire, on en parle succinctement la structure et la dynamique de MeCP2
 liaison à l'ADN méthylé. À un niveau plus élevé de complexité, expériences que tester la réversibilité du syndrome de Rett-des symptômes similaires à MeCP2 null-souris seront décrits.
 Combinée et moléculaire neurobiologiques l'information soutient l'idée que les fonctions de MeCP2 maintenir les programmes d'expression génique dans les neurones matures. » [23]
 
 
 Robert Feil  aimerait savoir comment les gènes imprimés, dont la destinée à être activés ou désactivés est prédéterminée par leur origine parentale, influencent le développement de l’embryon en un organisme pleinement formé et celui de tissus extra-embryonnaires tels que le placenta. Un assez grand nombre de gènes imprimés ont été découverts mais on ne comprend pas encore très bien comment les cellules savent quels gènes ont été hérités de la mère ou du père. La méthylation de l’ADN, une modification chimique de l’ADN, contribue à ce processus de reconnaissance au niveau de l’embryon. Robert cherche à savoir comment les modifications chimiques des protéines histone pourraient jouer un rôle dans la formation de l’empreinte[24]Selon  Robert  Feil « Chez les mammifères placentaires, le génome hérité de la mère et celui hérité du père ne sont pas fonctionnellement égaux. Ils sont, au cours de la gestation, tous les deux requis pour un bon développement de l’embryon. La nécessité fonctionnelle des deux génomes parentaux estdue à un marquage différent entre le sperme et l’œuf. Ces marques épigénétiques présentes sur les chromosomes parentaux persistent au cours du développement et permettent l’expression allélique de certains gènes à partir de la copie soit maternelle, soit paternelle. Environ une centaine de gènes sont contrôlés par ce phénomène epigénétique appelé « empreinte génomique ». La plupart de ces gènes soumis à l’empreinte joue un rôle fondamental dans le développement fœtal et la croissance, alors que d’autres influencent le comportement après la naissance. Ainsi, il n’est pas surprenant que des perturbations pathologiques del’empreinte génomique entraînent des maladies du développement et comportementales chez l’Homme. Certaines perturbations de l’empreinte sont également impliquées dans des cancers. Après une introduction sur la signification biologique de l’empreinte génomique, je présenterai quelques exemples de recherches récentes sur les mécanismes moléculaires de l’empreinte génomique. » Autrement dit,l’Empreinte génomique et son rôle dans des développements informatiques dans les mammifères placentaires, la maternelle et paternelle héritée génomes sont fonctionnellement pas la même chose. Ils sont tous deux nécessaires pour l'embryon de le développement et le bien-être, pendant la période de gestation. Techniques  ont besoin tous les deux génomes parentaux est une conséquence de différentiel "Épigénétiques marquage" dans l'œuf par le sperme. Ces différentiel marques sur les chromosomes (les empreintes) persistent dans les pays en développement  embryon, et après la naissance, et de transmettre la présence ou l'expression des gènes de  soit leur mère ou leur père exemplaire. Environ une centaine de gènes sont
contrôlée par ce phénomène épigénétique appelé «empreinte génomique».
La plupart des gènes connus imprimée jouer un rôle clé dans le développement du fœtus
et la croissance, d'autres influencer le comportement après la naissance. Comme il fallait s'y attendre,  donc, pathologique perturbation de l'empreinte génomique donne lieu à
liées à la croissance et du comportement des maladies chez l'homme, et est associée
avec le cancer ainsi. Après vous présenter à la signification biologique de
empreinte génomique, je présenterai quelques exemples de recherches récentes sur
les mécanismes moléculaires sous-jacents.
Quant à Giacomo CAVALLI [25], il  utilise la mouche du vinaigre comme organisme modèle pour étudier comment les protéines des groupes Polycomb et Trithorax régulent le développement. Pour qu’un organisme se développe correctement, le sous-ensemble de gènes approprié doit être activé au bon moment et dans les bonnes cellules. Les protéines du groupe Polycomb désactivent certains gènes alors que les protéines du groupe Trithorax en activent d’autres. Giacomo a découvert que ce sont des éléments d’ADN spécifiques qui décident si certains gènes clés du développement sont activés ou non par ce mécanisme lorsque de nouvelles cellules se forment. A l’aide de marqueurs colorés et de techniques de microscopie sophistiquées, Giacomo examine comment ces éléments peuvent faire en sorte que des régions éloignées sur les chromosomes puissent se rapprocher les unes des autres.
La vérité c’est que «  l'épigénétique concerne la transmission héréditaire de caractères propres à chaque type cellulaire d'un même organisme. Des nombreux processus biologiques essentiels pour le développement et la vie adulte dépendent des phénomènes "épigénétiques", c'est-à-dire que différentes cellules et tissus acquièrent des "identités" différentes, même si l'ADN de chaque cellule est identique. Ces identités sont maintenues durablement tout au long de la vie des cellules et sont transmises aux cellules filles de façon héréditaire. On sait maintenant que c'est la structure chromatinienne qui est le support de cette identité cellulaire et qui la transmet aux cellules filles au sein d'une même lignée. Or, la structure des différentes régions chromosomiques est régulée par des facteurs appelés "Polycomb" et "trithorax". Les protéines Polycomb conduisent à la formation de structures condensées et inactives, alors que les protéines trithorax ouvrent la chromatine et permettent à l'ADN d'exprimer son information génétique pour obtenir les ARNs et protéines cellulaires. Nous avons montré que les protéines Polycomb et trithorax peuvent transmettre de manière héréditaire la mémoire des états activés et réprimés de leurs gènes cibles. Nous cherchons à comprendre les mécanismes sous-jacents cette mémoire et leur rôle durant le développement normal et dans le cadre de l'émergence des cancers. » Autrement dit dans le domaine de  Épigénétique ce qui concerne la transmission héréditaire des traits qui distinguent chaque type de cellule dans un organisme. De nombreux processus biologiques dépendent de épigénétiques composants qui sont en mesure de conduire différentes cellules dans les différentes cellules États sort malgré le fait qu'ils partagent la même séquence d'ADN.Ces cellulaire identités peuvent être transmis par la division cellulaire, ce cellulairemémoire implique la réglementation de l'ADN en chromatine emballage.Les protéines du groupe Polycomb (PCG) sont en mesure de transmettre le cellulaire mémoire de silence Etats de l'expression génique, tout groupe trithorax (trxG) protéines, lutter silencieux avec une fonction d'activation qui permet leur
gènes cibles de s'exprimer dans les types de cellules. Notre recherche a
montré que ces deux groupes de protéines peuvent transmettre la mémoire de gène
Etats d'expression tout au long de développement et même à travers la méiose en
la descendance. Nous sommes donc essayer de déchiffrer les mécanismes moléculaires qui
sont chargés de l'entretien de cette mémoire dans des conditions normales
développement, et de comprendre comment la perturbation de la mémoire cellulaire
génère des maladies comme le cancer
. »[26]
Minoo Rassoulzadegan[27] et ses collaborateurs de l’Unité Inserm 636 « Génétique du développement normal et pathologique »*, décrivent un mode d’hérédité qui ne se conforme pas aux lois de Mendel. Il implique le transfert de molécules d’ARN, associées au génome,– en particulier de la classe récemment découverte des microARNs–, dans la tête du spermatozoïde. Cette hérédité très particulière a été identifiée dans le cas d’une modification épigénétique héréditaire dite paramutation, chez la souris. La paramutation utilisée dans ce travail affecte un gène essentiel du développement dont la modification peut être suivie par un changement de coloration du pelage. Ces résultats peuvent être rapprochés de travaux très récents montrant la présence de molécules d’ARN dans le spermatozoïde humain, et apportent sur leurs fonctions possibles des hypothèses nouvelles.

             La variation épigénétique est une modulation de l’expression de gènes ou de groupes de gènes qui, contrairement à la mutation, n’implique pas de modification de structure (séquence de nucléotides) de l’ADN. Elle est néanmoins transmise de manière stable lors des divisions cellulaires. Un des exemples les mieux étudiés de ce genre de variation est l’inactivation de l’un des chromosomes X chez la femelle des mammifères. Ce type de variation est considéré aujourd’hui comme important dans diverses pathologies, notamment cancéreuses.
Chez les plantes, une classe de variation épigénétique est étudiée sous le nom de « paramutation ». Elle est caractérisée par sa propriété d’être non seulement stable au cours du développement d’un organisme (niveau somatique) mais d’être transmise à la descendance lors de croisements sur plusieurs générations (niveau germinal) avec des distributions différentes de celles prédites par les lois de Mendel. Des observations antérieures du laboratoire et d’un groupe américain suggéraient qu’elles pouvaient exister chez l’animal. L’hérédité du caractère paramuté ne suit pas les règles mendéliennes, la majorité de la descendance montrant la modification. Bien que la transmission par la mère ou par le père soit également efficace, Minoo Rassoulzadegan et ses collaborateurs ont décidé d’étudier la formation des cellules sexuelles mâles, d’un accès plus aisé. On observe dans l’état paramuté une accumulation anormale dans les précurseurs des cellules germinales (spermatides) de produits de dégradation de l’ARN messager de Kit ainsi que de deux microARNs spécifiques du gène. Récemment découverts, les microARNs constituent une classe complexe de molécules de très petite taille (20-22 nucléotides), chacun spécifique d’un gène ou d’un groupe de gènes. Un rôle important leur a été très récemment reconnu dans le contrôle de l’expression des gènes, à différents niveaux : dégradation des ARNs messagers, inhibition de leur traduction et modification de structures de la chromatine.

           Cette accumulation inhabituelle d’ARN dans les précurseurs germinaux a amené les chercheurs de l’Inserm à examiner les spermatozoïdes des mâles paramutés. Grâce à différentes techniques, ils y ont observé en quantité significative des molécules d’ARN, alors que les spermatozoïdes des souris normales n’en contiennent que très peu.

           Pour montrer que la transmission de la variation épigénétique était due au transfert de ces ARNs au cours de la fécondation, des molécules d’ARN (comprenant deux microARNs spécifiques de Kit) ont été introduites par microinjection dans des ovocytes fécondés provenant d’un couple normal (embryons au stade 1 cellule). Après réimplantation dans des mères porteuses, une fraction (50 à 60%) des embryons ainsi traités produisent des animaux porteurs de la modification et eux même capables de la transmettre à leur descendance. En revanche, les autres microARNs utilisés comme témoins ne provoquent aucune modification de couleur du pelage. ). Il s’agit d’une modification du caractère déterminé par un gène lorsque celui-ci a été transmis par un parent hétérozygote chez qui il était confronté à une forme (allèle) mutée (on a parlé de « conversation interchromosomique »). D’une part, contraire à la loi de Mendel, qui pose que les allèles sont retrouvés inchangés lors des ségrégations au cours des croisements, n’est donc pas respectée. D’autre part, la modification est stable et sera transmise à la descendance, bien que la séquence des nucléotides du gène « paramuté », donc le texte génétique lui-même ne soit pas modifié. Le premier cas de paramutation observé chez la souris était une modification de la forme sauvage d’un gène (Kit) dans la descendance d’un hétérozygote avec une forme mutée. La souris
hétérozygote (Kit-/Kit+) est caractérisé par des taches blanches du pelage (queue et pattes), une classe de caractères visibles, donc aisément détectables que le généticien affectionne depuis Mendel. Ce phénotype identique à celui du mutant est transmis en absence de l’allèle inducteur, donc par des animaux porteurs de deux allèles structurellement intacts, et ceci sur plusieurs générations. Le signal induisant l’état modifié est apparu être le transfert de molécules d’ARN à l’embryon au moment de la fécondation. Nous avions observé une charge importante d’ARN dans le spermatozoïde des mâles « paramutés ». Des expériences de reconstruction basées sur l’injection dans l’œuf fécondé de souris normales de l’ARN de ces animaux, ainsi que des ARNs et microARNs synthétiques spécifiques du locus, ont établi leur rôle inducteur. Nous avons récemment étendu ce mode de transmission héréditaire sur plusieurs générations à des situations pathologiques, notamment à une pathologie reproduisant chez la souris une grave malformation cardiaque (Wagner et coll., 2008). Il permet de proposer un modèle pour les maladies dites « familiales », observées de manière récurrente entre parents et enfants ou entre frères et sœurs, alors que, dans de nombreux cas, on n’a pu identifier une altération du texte génétique (mutation). Au delà de l'hérédité d'un texte génétique, nous avons à considérer maintenant l'hérédité de ses modes de lecture. »[28]
 
 Marcel MECHALI,[29] considère que le développement harmonieux d'un embryon requiert un délicat équilibre entre la prolifération et la différenciation des cellules. Une régulation similaire contrôle le renouvellement de nos cellules dans notre vie d'adulte. A chaque division, c'est non-seuleument notre génome qu'il faut dupliquer, mais aussi son organisation pour les différenciations engagées. Marcel s'intéresse au rôle des origines de réplication dans cet équilibre. La recherche effectuée dans son laboratoire a permis de montrer que les origines de réplication étaient régulées au cours du développement, en relation avec un remodelage des domaines chromosomiques. Marcel identifie également de nouveaux facteurs de réplication, et son équipe a découvert le rôle de CDT1 et de MCM8. Comment ces facteurs pourraient êtres dérégulés dans le cancer est une question posée par son laboratoire.
 
         Dans son exposé intitulé L’inactivation du chromosome X : comment éteindre un chromosome avec de l’ARN Claire ROUGEULLE,[30] Institut Pasteur, Paris affirme que «  L’inactivation du chromosome X est un processus fondamental qui permet d’assurer, chez les mammifères, un dosage génique équivalent entre les individus mâles (possédant 1 chromosome X) et les femelles (possédant 2 X). L’inactivation se met en place très tôt au cours du développement embryonnaire précoce des femelles et se caractérise, in fine, par l’extinction transcriptionnelle de la quasi-totalité des quelque deux mille gènes portés par le chromosome touché. L’inactivation est souvent considérée comme un paradigme de régulation épigénétique dans la mesure où elle implique que deux chromosomes homologues (les deux chromosomes X) se comportent différemment au sein d’un même noyau, l’un restant actif et l’autre étant inactivé. De façon surprenante, on sait que l’acteur principal de ce processus est un ARN non-codant, dont
l’expression à partir d’un seul des deux chromosomes X entraîne l’inactivation de ce dernier. Comment un ARN peut-il éteindre un chromosome entier, et comment cet ARN est lui-même contrôlé sont deux questions cruciales qui seront discutées. »[31]
 
 
 
CONCLUSIONS
 
Notre recherche a posé ces questions il y a vingt ans qui ont fait l’objet de la Conférence de l’Académie des Sciences  mais je peur mettre en évidence  les trois fonctions fondamentales  de l’Académie des Sciences.
 
Je pense que  la situation nouvelle créée par  la possibilité de la fondation  de notre Académie nous offre des opportunités formidables, mais elle nous impose également des obligations importantes. Ce  qui m’amène de poser devant vous la question suivante
 
Quels sont les rôles d’une Académie des sciences dans un pas  comme Kurdistan   au début du 21e siècle ? Pour quelle raison les autorités  du Kurdistan font appel aux pays étrangers  sans  tenir compte le potentiel académique de leur pays ?
 
Je pense qu’il faut  que les autorités prennent en considération  les fonctions scientifiques  des structures au Kurdistan, la science  purement kurde n’existe pas  alors que  la première  fonction, qui est d’ailleurs à l’origine de la création de nombreuses Académies à travers le monde, est de donner des avis scientifiques sur les questions que peuvent se poser les citoyens et leurs dirigeants. Les atouts d’une Académie des Sciences du Kurdistan  sont multiples sur ce plan : nous réunissons les meilleures compétences sur la plupart des sujets scientifiques.  Comme les autres Académies, les scientifiques du Kurdistan  pourra  donner  leurs  avis soit par des rapports scientifiques  sur l’orientation de la situation économique politique du pays.
 
Une deuxième fonction de l’Académie des Sciences du Kurdistan est de contribuer au développement des connaissances scientifiques. Une troisième fonction importante de l’Académie des Sciences du Kurdistan  est la représentation de La science du Kurdistan  au sein du monde scientifique international.  Participera  activement aux travaux de l’Union Internationale de la Science (ICSU), aux Conseils Interacadémiques Internationaux (IAP/IAC) ainsi qu’au Conseil Européen des Académies. Ce Conseil est de création récente et son objectif est de promouvoir la compréhension et le soutien de la Science
 
Dr Ali KILIC                                                   Paris  le 06-05-2008
 
Bibliographie
(i).François Dagognet L’ultime sanctuaire. In Milieux, W 30/1987, p.2
(2),Eftichios Bitsakis. Physique contemporaine et matérialisme dialectique
Editions Sociales, Paris, 1973, p.261-262
(3)N.Séménov. «La  philosophie  marxiste léniniste et les problèmes  des sciences naturelles  », In Le communiste, 1968, N°10, p.62-135
(4).A.Logounov . «Au coeur de la matière ’ Izvestia, le 22 décembre 1976.
(5) Koursanov,  Naouka i Jizn  N°7 p.8 1
(6), G,Frank ,L’opinion du savant ;. Moscou, Editions de 1’Acadmie des Sciences, 1963,p. 480
(7),G. Frank Opus. Cit..p .580
(8),P.. Thuillier, In  La Recherche Mai,l972.p.13
Editions du SeuiLParis,1975
(9). François Jacop  Biologie Moléculaire , In Atome 1969, In La recherche p.55
(10 ),F.Jacop,0pus.cit .p.58
(1l),V. Enguelgardt. Naouka j Jizn,1975,N° 5,p.II -
 
 


[1] Dr Ali KILIC,La Classification des Sciences  et l(‘Informatique ; Fondements Philosophiques de l’Informatique ;1988, pp.313-330
[2] J.C Beaune. i.n Milieux, W 30,1987,p.76
[3] ibidem
[4] Eftichios  BITSAKIS. Physique  Contemporaine  et matérialisme dialectique,  Editions Sociales Paris ,1973,p.261-262
[5] E.Bitsakis,ibidem
[6] E. Séménov, La philosophie  marxiste léniniste   et les problèmes des sciences naturelles ; in le Communiste  1968, N° 10, p-62-135
[7] Koursanov,  Naouka i Jizn  N°7 p.8 1
[8] G,Frank,L’opinion du savant, Moscou , Editions de l’Académie des Sciences 1963, p.480
[9] G,Frank,Opus Cit. p.580
[10] P.. Thuillier, In  La Recherche Mai,l972.p.
[11] François Jacop, Biologie Moléculaire  In Atome, 1969, In La recherche  p.55
[12] F. Jacop, Opus Cit. .p ?58
[13] V. Enguelgardt, Naouka i Jizn 1975,N°5, p.11
[14] Denise Barlow (Vienne, Autriche)
[15] Bryan Turner (Birmingham, RU)
[16] (Sarre, Allemagne)
 
[17] (Halle, Allemagne)
[18] Peter Becker (Munich, Allemagne)
 
[19] / Epigenetics and development
 
[20] Moshe YANIV Conférence débat et controverses « Epigénétique et mémoire cellulaire,
une nouvelle discipline, au cœur du développement et des pathologies »
[21]Centre Wellcome Trust pour la biologie cellulaire, Edimbourg, GB
[22] Adrian BIRD, Institute of Cell Biology, University of Edinburgh, UK The Wellcome Trust Centre for Cell Biology, University ofEdinburgh, Michael Swann Building, The King's Buildings, Edinburgh EH9 3JR,
UK
 
[23] Conférence débat et controverses Epigénétique et mémoire cellulaire, une nouvelle discipline, au cœur du développement et des pathologie
 
[24] Robert FEIL, Institut de Génétique Moléculaire, Montpellier L’empreinte génomique et son rôle dans le développement Robert Feil, Institut de Génétique Moléculaire (IGMM), CNRS et Université de Montpellier,
 
[25] , Institut de Génétique Humaine , Montpellier
[26] Giacomo CAVALLI, Epîgénétique et développement,  Institut de Génétique Humaine, Montpellier
 
[27]  Université de Nice-Sophia Antipolis
 
[28] References
Chandler, V. L. (2007). Paramutation: RNA-mediated instructions passed
across generations. Cell 23, 641-645.
Herman, H., Lu, M., Anggraini, M., Sikora, A., Chang, Y., Yoon, B. J., et
Soloway, P. D. (2003). Transallele methylation and paramutation-like
effects in mice. Nat Genet 34, 199-202.
Rassoulzadegan, M., Magliano, M., et Cuzin, F. (2002). Transvection
effects involving DNA methylation during meiosis in the mouse. Embo J 21,
440-450.
Rassoulzadegan, M., Grandjean, V., Gounon, P., Vincent, S., Gillot, I., et
Cuzin, F. (2006). RNA-mediated non-Mendelian inheritance of an
epigenetic change in the mouse. Nature 431, 469-474.
Wagner, K. D., Wagner, N., Ghanbarian, H., Grandjean, V., Gounon, P.,
Cuzin, F., et Rassoulzadegan, M. (2008). RNA induction and inheritance of
epigenetic cardiac hypertrophy in the mouse. Dev Cell, sous presse.
 
[29] Institut de Génétique Humaine, CNRS, Montpellier, France
[30] Institut Pasteur, Paris
[31] References
1. Brink, R. A. Genetics 1956, 41, 872-879.
2. Chandler, V. L. & Stam, M. Nat Rev Genet 2004, 5, 532-44.
3. Rassoulzadegan, M. et al. 2002 EMBO J, 21, 440-450.
4. Rassoulzadegan, M. et al. Nature 2006, 431, 469-474.
5. Wagner et al., Dev Cell 2008, in press.
6. Miller, D., Ostermeier, G. C. & Krawetz, S. A. Trends Mol Med 2005,
11, 156-63.
 
 
 

 

print

copyright © 2002-2008 info@pen-kurd.org