Dr Ali KILIÇ( Alias  Dr Démen ROWAR)

 

POEMES POUR LES MILITANTS BASQUES

CONDAMNES À MORT

PENDUS PAR FRANCO

 

                                                            Dédiés à Ricardo Gustavo Espeja

 

1 .CHANT DE LIBERTE *

 

Peut-être  vous attendrez  appel chaque matin

D’être fusillés dans les prisons de Franco

Peut-être  vos  mains  menottées, vos  pieds enchaînés

Vous  allez  à la mort, en  traversant  les régiments des  chars

Peut-être  vous êtes des combattants dans le Front de Libération nationale

Peut-être vous êtes de notre Kurdistan colonisé par quatre Etats assassins

Et  vous  gardez les bases de l’impérialisme  américain

Peut-être, vous êtes dans un village quelconque du monde

Peut-être, vous êtes de notre Vietnam

Peut-être, vous êtes des  guérilleros dans les  montagnes  au Brésil

Peut-être, vous êtes des  zapatistes au Chipas du Mexique

Peut-être, vous êtes des  peshmergas  du Kurdistan,

Peut-être, vous êtes dans un autre pays du monde,

Peut-être, vous ne  chanteriez jamais les chants de liberté, de la victoire

Mais  vous ne pourriez  jamais  briser l’espoir de l’avenir

                                      Et de la victoire,

Vous mènerez   votre combat

Comme vous  ne pourriez  jamais vivre ou exister

Et  vous allez mourir   au nom de l’humanité

En chantant les chants de la liberté.

 

 

Dr Demen ROWAR

   

1        le poème est publié la première fois  dans la revue «  Le chemin de liberté »

2        en août 1977 à Ankara

 

  

 

11. LA VIE D’ANTONIO GERMANDIA

 

L’orchestre  interprète et chante

Les nuits dans les jardins de Basques

Le Quartier Général de Franco est  à la porte de Madrid

 Où fusillent les généraux  franquistes

Les patriotes basques devant les murs

Une travailleuse catalane   est fusillée

Dans un jardin, un morceau du pain à la main

La famine des millions est un rideau noir couvre l’Espagne

Soudain  l’orchestre s’intensifie allegro con spirito

Accompagné  concerto  de Aranjuez

Et puis ont  chanté  l’international  par tous les ouvriers  du monde entier

En soulevant  le droit à l’autodétermination des nations à disposer d’elles mêmes

La liberté et  l’indépendance  pour le pays basque et les autres pays opprimés

Les fusils dressés à la gorge des partisans par les  franquistes

 Ont été arrêtés à la sortie  de l’Usine de Barcelone

Les  franquistes  ont traîné leurs corps par terre

Sont  disparus dans les ténèbres

Les femmes basques et catalanes

Ont  crié toutes ensembles «  Franco ! Assassin Franco!

On ne peut pas tuer des millions pour rien

T u ne pourras pas mettre les basques dans les prisons

Les peuples ne pourront pas vivre sans liberté

Espagne sera  un grand tombeau pour la dictature de Franco

 

Soudain, un écran apparu par  des voix

D’un mère torturée par le  fer brûlant

Ne dit rien sur le lieu caché d’Antonio Germandia

Les couteaux n’ouvrent pas la bouche

De la Partisane aux pieds  enchaînés

 

C’est la vie Antonio

L’orchestre  interprète et chante

Les nuits dans les jardins des Basques

Et nous, des centaines de milliers

Nous  réclamons la liberté et l’indépendance de votre pays

Qui est aussi  le notre  Antonio Germandia

Ici, nous,  pour vous  dans les rues de Constantinople

Ici, nous sommes, des centaines de milliers  pour vous

Ici, vous étés tous  parmi nous.

 

 

Dr Demen ROWAR

 

 

III.LA CONDAMNATION A MORT D’ANGEL OTAGUI

 

Tu n’as pas servi que ton arme Angel

Pour la liberté et l’indépendance  du pays Basque

Sous la  pluie du printemps de Dersime Angel, ici ou la bas,

Des mères  héritières de la révolte 1936

De Dersime à Barcelone

Perdante  de  cinquante deux enfants fusillés,

Deux cent cinquante fusillés et brûlés de la famille de ma mère  dans les champs d’Harçik

Prennent garde pour  toi, pour Antonio Germandia

Pour tous les combattants basques

Comme  elles pleurent  pour les  dix sept pendus de Dersime

A Xarpete ,Aliye  Mirzalie Silemanie en tête

 

Les mères héritières de la révolte de Dersime Angel

Chantent pour les combattants  Basques

«  Les canons vont vomir du sang

Nos armes parleront

Les fusillés porteront des chemises rouges

Tout va terminer un jour chez vous et chez nous

Les portes des prisons seront cassées

La lumière entrera dans les cellules ténébreuses

Les champs de la campagne  Basque fleuriront

Nous chanterons le plus beau chant du monde

 

Tu n’as pas servi que ton arme Angel

Pour la liberté et l’indépendance  du pays Basque

Sous la  pluie du printemps de Dersime Angel, ici ou la bas,

Des mères  héritières de la révolte 1936

De Dersime à Barcelone.

 

Dr Demen  ROWAR

 

 

 

 

 

print

copyright © 2002-2005 info@pen-kurd.org