LES BASES HISTORIQUES DE LA SOLIDARITE DES ECRIVAINS DU KURDISTAN AVEC LA NATION BASQUE ET LES ECRIVAINS ET JOURNALISTES BASQUES

Harrespil d'Okabe à Lecumberry par Sevê Evîn Cîçek,  sociologue,écrivaine, journaliste  Kurde

 

Nous savons que  l’histoire du Peuple Basque a fait l’objet d'études innombrables de la part de chercheurs en anthropologie, en biologie ou linguistes depuis plus d’un siècle. Un grand nombre d’hypothèses des plus sérieuses au plus farfelues ont donné des résultats qui confirment désormais l’enracinement des Basques dans cette partie de l’Europe depuis la préhistoire et tendent à classifier le peuple au rang d’ancêtre.

La Nation Basque  vit   dans les sept provinces historiques du Pays Basque (20 747 km²) et se répartissent entre la France et l'Espagne, à proximité du golfe de Gascogne  au bord de l'océan Atlantique, sur les deux versants des montag nes pyrénéennes, de Mauléon-Licharre  à Bilbao.

L’analyse des faits  historiques et des éléments archéologiques  et linguistiques  justifie que le Peuple Basque fait l’objet d’un génocide culturel. Comme le peuple Basque le Peuple du Kurdistan a fait l’objet d’un génocide physique et biologique ; culturel et écologique. Toutes  les recherches archéologiques au Kurdistan sont falsifiées par les Etats  colonialistes  Turquie l’Iran  et l’Irak et la Syrie. La construction des huit barrages  sur le fleuve sacré de Mounzoure qui a une longueur de 85 km dans le département de Dersime au Kurdistan Nord est une négation de la civilisation et un génocide écologique et  culturel. En comparant  avec la situation du Peuple Basque nous constatons que les pièces de monnaie ci-dessus  du 1 er  et II èmes siècles avant J-C ont été trouvés dans le nord de l’Espagne avec l’inscription suivante écrite utilisant un alphabet ibérien : Barscunes. Les lieux dans lesquels elles auraient été monnayées ne sont pas identifiés avec certitude mais les historiens avancent l’hypothèse de la région de Pampelune ou de Roquefort  car ceux sont des secteurs où se situaient les Vascons durant cette période. Aujourd'hui, on pense que Vasco en latin vient de la racine basque et aquitaine employée par les Basques pour se nommer eux-mêmes. Cette racine est eusk -, qui est en effet étroitement lié au latin. Il y avait également des peuples d'Aquitains que les Romains ont appelés les Ausci, et qui semblent également venir de la même racine.

Pièces de monnaie du Ier et IIèmes siècles avant J-C

En basque moderne, les Basques s'appellent euskaldunak, euskaldun au singulier, formé de l'euskal- (c.-à-d. "basque (langue)") et - dun (c.-à-d. " qui possède"), ainsi l'euskaldun signifie littéralement un locuteur basque. Il est important de noter que tous les Basques ne sont pas bascophones (euskaldunak), nombreux se disent basques sans pour autant parler la langue de leurs ancêtres, de plus les étrangers qui ont appris le basque deviennent également des euskaldunak.

Pour remédier à cet imbroglio, un néologisme a été inventé au XIXe siècle, avec le mot euskotar ou euskotarrak au pluriel, qui signifie qu’une personne est ethniquement basque, qu’elle le parle ou pas. Tous ces mots proviennent du mot basque qu’ils utilisent pour nommer leur langue : Euskara. Des chercheurs ont reconstitué la prononciation et le vocabulaire du basque antique, et Alfonso Irigoyen propose que le mot euskara vienne du verbe "pour indiquer" en basque antique, qui était enautsi prononcé (esan en basque moderne), et du suffixe -(k)ara ("manière (de faire quelque chose)"). Euskara signifierait ainsi littéralement la "manière de dire" ou la "manière de parler". Une preuve de ceci est trouvée dans le livre espagnol Compendio Historial écrit en 1571 par l'auteur Esteban de Garibay de Vasco, qui a enregistré le mot originel de la langue Basque en tant qu’ "Enusquera". Au XIXe siècle, l'activiste nationaliste basque Sabino Arana  a pensé qu'il y avait un euzko originel à partir de la racine eguzkiko ("du soleil" issue d'une religion solaire). Il créa par la suite le néologisme Euzkadi pour parler d’un Pays basque indépendant. Cette théorie sur la racine eguzkiko est totalement critiquée aujourd'hui, la seule étymologie sérieuse étant de l'enautsi et -(k)ara, mais cependant le néologisme Euzkadi, Euskadi dans l'orthographe régulier, est encore largement populaire chez les Basques.

La question d’ eguzkiko ("du soleil" issue d'une religion solaire montre des points communs entre les inscriptions qui se trouvent dans le département de Dersime  au Kurdistan Nord et ainsi que l’Inscription Ser i Puli  au Kurdistan oriental.

Nous considérons que le pays Basque est une colonie internationale divisée entre la France et  l’Espagne. La tradition coloniale des deux pays exploite les richesses fondamentales du Pays Basque ont  empêché  aux développement des forces productives de ce pays. Actuellement les deux pays colonialistes  ont signé  des accords entre eux contre le droit à l’autodétermination du Peuple Basque comme les Etats colonialistes  et impérialistes, qui ont divisé et colonisé le Kurdistan.

 Comme le Peuple du Kurdistan , le Peuple Basque  vit dans des montagnes (Baïgorry), des vallées (Guernica), dans des massifs cristallins et primaires (Bidarray), sur la côte Atlantique (Guetaria et Guéthary), des hauts plateaux de calcaire (Pampelune) mais principalement dans de grands centres urbains (Donostia).

Le Peuple Basque est dispersé en raison de la politique coloniale, forcé à la déportation massive .Plus d'une centaine de milliers de Basques vivent dans le reste de l'Europe, principalement en Espagne et en France, et dans une moindre mesure en Allemagne et en Grande-Bretagne. C’est le résultat  de l’occupation coloniale. La question nationale et coloniale relative au statut du pays Basque n’a pas été posée et la déportation forcée n’a pas été examinée. Durant tout le XIXe siècle, sur une population de 120 000 habitants en Iparralde, 90 000 émigrèrent sans que la population diminue. Aujourd'hui on estime à 15 millions de personnes ayant une ascendance directe avec les Basques après 5 siècles d’émigration vers l'Amérique. Simon Bolivar et Che Guevara en sont deux exemples célèbres. La majorité d'entre eux s'est assimilée aux sociétés qui les ont accueillis et ont coupé leurs liens avec le Pays basque. Cependant, il reste de nombreux patronymes d’origine basque qui justifient le grand nombre de descendants. Parmi cette diaspora, quelques milliers de gens veulent retrouver leurs racines basques et ainsi se définissent d’origine ethnique basque tout en restant nationalement attachés au pays dans lequel ils sont nés. Les personnes qui représentent actuellement la diaspora vivent principalement en Argentine (15 000 dont 3,9 millions de descendants (10%)) et au nord-ouest des États-Unis (58 000). Il y a en a aussi en Allemagne (31 000), au Mexique (21 000), en Uruguay (11 000), en Australie (10 000) et au Chili (9 000).

Grâce aux centaines d’Euskal etxeak (les maisons basques), qui sont des associations réunissant les Basques et qui proposent des activités socioculturelles, un lien est créé entre la diaspora et le gouvernement de la Communauté Autonome Basque, ainsi qu'avec les municipalités du reste du Pays basque favorisant par la suite des échanges. Nombreuses sont les chorale set les danseurs traditionnels qui parcourent l’Amérique pour faire découvrir leur culture régionale par l’intermédiaire des Euskal etxeak. La diaspora reste nombreuse mais âgée et dispersée, l'émigration s'étant pratiquement arrêtée dans les années 1960. Mais  nous constatons que ces types d’activités ne dépassent pas les limites de la politique coloniale internationale imposée au Peuple Basque et la division de son pays est un résultat du colonialisme/

En France, 800 000 personnes ont un patronyme basque (1.3% de la population totale) et 4 400 000 en Espagne (13% de la population totale). En France, la plus forte concentration de nom de famille basque se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques. De plus le gouvernement basque (CAB) a recensé plus de 10 100 patronymes basques ou noms de famille en les croisant avec le recensement électoral national, en Euskadi et dans d'autres communautés autonomes. Donc la vaste majorité des personnes ayant un patronyme basque aujourd’hui sont des personnes unilingues espagnoles ou françaises et qui vivent hors du Pays basque. Cependant, la forte majorité des 1 120 000 personnes vivant en Hegoalde et ayant un nom basque peuvent exprimer avec plus de facilité leur basquitude et sont le plus souvent bascophones. Parc conséquence, l’interdiction  de la langue et de la culture du Peuple Basque est une  politique du génocide culturelle appliquée. La diversité culturelle au sein de l’Union Euroépenne est niée ; comme la question nationale et coloniale du Kurdistan, la question nationale Basque a été réduite au problème interne des pays colonialistes qui refusent  les droits fondamentaux du Peuple Basque y compris les droits des peuples à disposer eux  mêmes . Cette situation n’est pas conforme avec la Chartre des Nations  Unis et au Droit International. De plus, le  visage ethnique se diversifie et l’hispanisme continue de grandir sous Franco. En 1975, les descendants directs des Basques avant l’industrialisation de 1880 représentent moins de la moitié de la population totale du Pays basque.

Avec l’arrivée au pouvoir du PNV en 1978, une nouvelle loi pragmatique surgit avec l’article 7 du statut d’autonomie qui stipule : que toute personne ayant établi sa résidence administrative dans la région jouira de la qualité de Basque. Cette redéfinition sera à l’origine de l’intégration  des populations immigrantes dans la CAB, car aujourd’hui 38% des fils d’immigrants espagnols se disent basques d’abord contre 92% pour les descendants basques. Par contre seulement 43 % se considère basque au labourd et 34% en Navarre où respectivement on se sent d’abord plus français et navarrais (espagnol ou basque ensuite). La migration au Pays Basque français fut négative, beaucoup de basques vont faire leur vie ailleurs comme à Bordeaux ou Paris tandis que de nombreux retraités français s’installent depuis 25 ans sur la côte. Quant à la Navarre, elle a plutôt subit une migration des régions rurales vers ces centres urbains. L’Avala et la Navarre ont rattraper leur retard économique dans les années 60 à 80. Suite au statut d’autonomie de 1982 de la Navarre, (Article 9) le castillan fut décrété la langue officielle de la Navarre et le basque aurait aussi caractère de langue officielle dans les zones bascophones de la Navarre. Mais depuis une nouvelle loi,Ley foral 18/86, du 15 décembre 1986, stipule que la Navarre est linguistiquement divisée en 3 zones (272 communes). Au nord, 61 communes dans la zone dite Bascophone, qui représente 11% de la population totale de la Navarre, où le castillan et le basque ont un statut de co-officialité. - Au centre nord, 50 communes dans la zone dite Mixte (basco navarraise) qui représente 54% de la population totale de la Navarre (dont la ville de Pampelune), où des services bilingues sont prévus à l’intention des bascophones. La langue basque y progresse depuis son introduction dans le système scolaire. - Au sud, dans la zone hispanophone qui représente 35% de la population totale de la Navarre où seul le castillan est langue officielle.

Pour l'Union européenne, la langue basque est seulement reconnue «langue d’usage» dans les institutions européennes dès lors que, à l'occasion de son adhésion à l'Union, l’Espagne, n’a pas officialisé les langues régionales. Ces langues ne sont pas des langues officielles de travail et le basque a seulement un statut de langue régionale et minoritaire.

Communauté autonome basque : Dès 1978, la Constitution espagnole autorise les régions historiques d’Espagne à se doter d’assemblées pourvues de larges compétences. Les Basques vont se doter en 1979 d’un statut linguistique avec la formation de la Communauté autonome basque composé seulement de 3 provinces (Guipúzcoa, Biscaye et Alava). La province de Navarre, territoire moins « basquisé», décida de ne pas s’y joindre et de prendre un autre chemin. Le basque a un statut de langue co-officielle avec l’espagnol.  Mais enFrance : L'article 2 de la Constitution précise que «La langue de la République est le français», il n'existe aucun statut spécifique des langues régionales ou minoritaires. Cela n'empêche pas l'État lui-même, notamment via la Délégation générale à la langue française et aux langues de France et l'enseignement public et les collectivités locales d'entreprendre diverses actions culturelles ou éducatives au profit de la langue basque mais seulement avec des aménagements symboliques ou peu importants, ainsi que des tolérances ou des dérogations envisageables. Seul le français a juridiquement accès à l'usage public. La France est un des pays de l'UE à avoir signé la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires mais elle ne l'a pas ratifiée car la Charte III avait une liste d’obligations et comportait des clauses contraires à la Constitution française. Pour accepter qu'une autre langue tel que le basque soit érigé en principe républicain, cela revient à lui donner forcement des usages formels et juridiques dans un cadre démocratique. [2] C'est en réaction et par l'intermédiaire de la formation Batera qui regroupe 52% des 159 maires du Pays basque, qu'est demandé entre autres la co-officialisation du basque avec le français.

Quant à  l’article 3 de la constitution d’Espagne  stipule que le castillan est la langue espagnole officielle de l'État. Tous les Espagnols ont le devoir de le connaître et le droit de l'utiliser. Les autres langues espagnoles seront également officielles dans les différentes Communautés autonomes en accord avec leurs Statuts. Alors que  la nation Basque a une littérature assez riche et la musique  du peuple Basque a une histoire millénaire.

Au niveau de la littérature orale basque avec ses contes traditionnels, son théâtre populaire, ses ballades et poésies lyriques ainsi que le Bertsolarisme phénomène d'improvisation de chants poétiques sur la place publique sont les prémices de cet art dont Mattin Treku fut l'un des illustres improvisateurs. Le premier livre basque fut écrit par un curé, le père Dechepare qui écrivit un recueil de poésies en 1545 et en 1571, J. Leizarraga traduisit la première bible en basque. La littérature basque était fondamentalement religieuse jusqu'à la moitié du XXe siècle. Aujourd'hui 1500 livres sont produits chaque année, du conte pour enfants à l'essai politique. Les grands écrivains sont entre autres Miguel de Unamuno, Pío Baroja, Iribarren Rodríguez et Campión.

          Au niveau de la musique moderne est aussi variée qu'ailleurs cependant quelques instruments traditionnels lui donne un son particulier tels que les flûtes Txistu et Txilibito, l'accordéon diatonique(trikitixa), la tambourine (pandero), le hautbois (dultzaina), des percussions (txalaparta), des tambourins (tamboril ou ttun-ttun), le supriñu, le musukitara et la clarinette (alboka).

         Les Euskal dantzak existent sous 200 formes différentes. La plus célèbre est le fandango mais chaque province à ses danses. La Biscaye a le Kaxarranka, Dantzari Dantza, Xemeingo Dantza (danza de Jeméin) et l' ezpata dantza ou danse de l'épée. Le Guipúzcoa a l' Arku Dantza (des arcs), Zinta Dantza (du ruban), Kontrapas et la Sorgin Dantza (des sorcières). La Navarre a l' Otsagiko Dantzak (d'Ochogavía), Axuri Beltza, Luzaideko Ihauteria (carnaval de Lazaide), Sagar Dantza (de la pomme), Iribasko Ingurutxoa et Larrain Dantza. Et en Iparralde, il y a le Lapurdiko Ihauteria (carnaval du Labourt), Zuberoako Maskarada (mascarade souletine), les kaskarotak qui sont costumés avec des grelots, banderriak ou les porteurs d'Ikurriña, aurresku, ariñ-ariñ, joaldunak couverts d'une peau de mouton, brokel dantza, ziganteak ou les géants et bien d'autres.

D'autres études ont démontré que les Basques possèdent le plus haut taux de fréquences génétiques du marqueur M173, qui correspondent à la jonction des peuplades européennes et asiatiques il y a 30 000 ans, et du marqueur M170 originaires du Moyen-Orient. La première trace laissée par ces populations est la “ Dame de Brassempouy ”, du nom du village des Landes (statuette en ivoire d’une femme) qui prouve l’existence humaine il y a environ 25 000 ans dans cette partie de l’Europe. Quand une nouvelle glaciation a envahi l’Europe il y a 18 000 ans, la région de la Cantabrie et pyrénéenne fut propice à la survie des peuplades par la douceur du climat. Elles se redisperseront plus tard dans toute l’Europe quand le climat deviendra plus favorable à une migration, c’est-à-dire il y a 10 000 ans. À cette même période, une vague de néolithisation qui correspond à la venue de l’agriculture du Moyen-Orient se répandit dans toute l'Europe mais elle n'arriva au Pays basque que 5 000 ans plus tard (preuve fournie par la datation de germes de blé). La carence en fer des Européens, excepté des Basques, qui indique la faible consommation de viande des populations sédentarisées, démontre aussi que ces derniers ont continué à vivre de cueillette et de chasse sur 250 générations et pourquoi les sites paléolithiques sont si nombreux. La question est maintenant de savoir pourquoi les Basques ont mis 5000 ans de plus que leurs voisins avant de se sédentariser.

Autres indices : Les Basques ont le plus grand nombre de marqueurs H et V, transmis par l’ADN mitochondrial, et qui correspond à la repopulation de l’Europe à partir du Pays basque actuel. Les Basques sont donc sans aucun doute les descendants des premières peuplades venues du Moyen-Orient durant la période paléolithique. Leurs caractères génétiques prouvent leur présence avant l’arrivée des peuples indo-européens qui forment 850 millions d'habitants, soit 99,5% des Européens aujourd’hui, les indo-européens ayant au fil des siècles conquis ou assimilé les populations autochtones.

Comme nous avons précisé  dans un autre article ; nous pensons que La nation Basque  a à la fois à le droit à l’autodétermination et de décider librement  son avenir pour l’indépendance nationale  et garantir l’unification de son territoire occupés  par les Etats l’Espagne et la France  et à la fois  de bénéficier  de la Déclaration de l’ONU l  et de la Chartre des Nations Unies y compris les déclarations des Droits des Peuples à décider de disposer leur avenir d’eux-mêmes. Car  L’Assemblée générale, Prenant acte de la recommandation faite par le Conseil des droits de l’homme dans sa résolution 1/2 du 29 juin 2007, par laquelle il a adopté le texte de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, Rappelant sa résolution 61/178 du 20 décembre 2006, par laquelle elle a décidé, d’une part, d’attendre, pour examiner la Déclaration et prendre une décision à son sujet, d’avoir eu le temps de tenir des consultations supplémentaires sur la question, et, de l’autre, de finir de l’examiner avant la fin de sa soixante et unième session, Adopte la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones dont le texte est annexé à la présente résolution.

L’Assemblée générale, Guidée par les buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies et convaincue que les États se conformeront aux obligations que leur impose la Charte,

  Affirmant que les peuples autochtones sont égaux à tous les autres peuples, tout en reconnaissant le droit de tous les peuples d’être différents, de s’estimer différents et d’être respectés en tant que tels,

  Affirmant également que tous les peuples contribuent à la diversité et à la richesse des civilisations et des cultures, qui constituent le patrimoine commun de l’humanité,

Affirmant en outre que toutes les doctrines, politiques et pratiques qui invoquent ou prônent la supériorité de peuples ou d’individus en se fondant sur des différences d’ordre national, racial, religieux, ethnique ou culturel sont racistes, scientifiquement fausses, juridiquement sans valeur, moralement condamnables et socialement injustes,

  Réaffirmant que les peuples autochtones, dans l’exercice de leurs droits, ne

Doivent faire l’objet d’aucune forme de discrimination,

  Préoccupée par le fait que les peuples autochtones ont subi des injustices historiques à cause, entre autres, de la colonisation et de la dépossession de leurs terres, territoires et ressources, ce qui les a empêchés d’exercer, notamment, leur droit au développement conformément à leurs propres besoins et intérêts,

Consciente de la nécessité urgente de respecter et de promouvoir les droits Intrinsèques des peuples autochtones, qui découlent de leurs structures politiques, Économiques et sociales et de leur culture, de leurs traditions spirituelles, de leur Histoire et de leur philosophie, en particulier leurs droits à leurs terres, territoires et

Ressources,

Consciente également de la nécessité urgente de respecter et de promouvoir les Droits des peuples autochtones affirmés dans les traités, accords et autres Arrangements constructifs conclus avec les États,

Se félicitant du fait que les peuples autochtones s’organisent pour améliorer Leur situation sur les plans politique, économique, social et culturel et mettre fin à Toutes les formes de discrimination et d’oppression partout où elles se produisent,

Convaincue que le contrôle, par les peuples autochtones, des événements qui Les concernent, eux et leurs terres, territoires et ressources, leur permettra de Perpétuer et de renforcer leurs institutions, leur culture et leurs traditions et de Promouvoir leur développement selon leurs aspirations et leurs besoins, Considérant que le respect des savoirs, des cultures et des pratiques  Traditionnelles autochtones contribue à une mise en valeur durable et équitable de L’environnement et à sa bonne gestion,

Soulignant la contribution de la démilitarisation des terres et territoires des Peuples autochtones à la paix, au progrès économique et social et au développement, à la compréhension et aux relations amicales entre les nations et les peuples du  monde,

Considérant en particulier le droit des familles et des communautés Autochtones de conserver la responsabilité partagée de l’éducation, de la formation,  de l’instruction et du bien-être de leurs enfants, conformément aux droits de l’enfant,

Estimant que les droits affirmés dans les traités, accords et autres arrangements constructifs entre les États et les peuples autochtones sont, dans certaines situations, des sujets de préoccupation, d’intérêt et de responsabilité à l’échelle internationale et présentent un caractère international,

Estimant également que les traités, accords et autres arrangements constructifs, ainsi que les relations qu’ils représentent, sont la base d’un partenariat renforcé entre les peuples autochtones et les États,

Constatant que la Charte des Nations Unies, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels1 et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques2, ainsi que la Déclaration et le Programme d’action de Vienne3, affirment l’importance fondamentale du droit de tous les peuples de disposer d’eux-mêmes, droit en vertu duquel ils déterminent librement leur statut politique et  assurent librement leur développement économique, social et culturel,

Consciente qu’aucune disposition de la présente Déclaration ne pourra être invoquée pour dénier à un peuple quel qu’il soit son droit à l’autodétermination, exercé conformément au droit international,

Convaincue que la reconnaissance des droits des peuples autochtones dans la présente Déclaration encouragera des relations harmonieuses et de coopération entre les États et les peuples autochtones, fondées sur les principes de justice, de démocratie, de respect des droits de l’homme, de non-discrimination et de bonne foi,

Encourageant les États à respecter et à mettre en oeuvre effectivement toutes leurs obligations applicables aux peuples autochtones en vertu des instruments internationaux, en particulier ceux relatifs aux droits de l’homme, en consultation et  en coopération avec les peuples concernés,

Soulignant que l’Organisation des Nations Unies a un rôle important et continu à jouer dans la promotion et la protection des droits des peuples autochtones, Convaincue que la présente Déclaration est une nouvelle étape importante sur la voie de la reconnaissance, de la promotion et de la protection des droits et libertés  des peuple Considérant et réaffirmant que les autochtones sont admis à bénéficier sans  aucune discrimination de tous les droits de l’homme reconnus en droit international,  et que les peuples autochtones ont des droits collectifs qui sont indispensables à leur  existence, à leur bien-être et à leur développement intégral en tant que peuples,  autochtones et dans le développement des activités pertinentes du  Système des Nations Unies dans ce domaine,

Considérant également que la situation des peuples autochtones n’est pas la  même selon les régions et les pays, et qu’il faut tenir compte de l’importance des  particularités nationales ou régionales, ainsi que de la variété des contextes historiques et culturels »

LA LIBERTE ET  L’INDEPENDANCE POUR LE PEUPLE BASQUE

Sevê Evîn Cîçek,

sociologue,écrivaine, journaliste  Kurde

16 Avril 2008

 

BIBLOGRAPHIE

1- C. Jullian,... Les Basques...  Paris : A. Colin, 1902 Description matérielle :  In-8 ̊, 16

2-Allières,  Jacques (1929-2000)  Les Basques  [Paris]  PUF, 197741-Vendôme : Impr. des PUF

Description matérielle :  128 p. : carte ; 18 cm Collection :  Que sais-je ? ; 1668

3-Cabrol, Bernard[Texte imprimé] / photogr. de Bertrand Cabrol ; texte et légendes de Bernard CabrolPublication :  Bordeaux : Sud-Ouest, cop. 1991, 85-Luçon : Impr. PollinaDescription matérielle :  14 p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 38 cm

4-Roger Collins, The Basques [Texte imprimé] / New-York : B. Blackwell, 1987Description matérielle :  XIII-272 p.-45 p. de pl. : ill., 27 cartes, jaquette ill. en coul. ; 24 cmCollection :  The peoples of Europe

5- Roger Collins Les Basques [Texte imprimé] /; trad. de l'anglais par René Ponthus
Traduction de : The BasquesPublication
:  Paris : Perrin, 199118-Saint-Amand-Montrond : Impr. SEPC Description matérielle :  215 p. : cartes, couv. ill. en coul. ; 23 cm

6- Farinel, Michel (1649-1726 ). Compositeur
Titre conventionnel :  [Suites instrumentales (20), divertissements (5), psaumes (11), pièces sacrées (6)] Titre(s) :  Abregé // des concerts choisis de... // M. F... D.C.. en Viii Livres. // Basse Continuë [Musique manuscrite]
Type de manuscrit :  Ms. (autogr. ?)
Présentation :  [Partie de basse continue]
Publication :  [Entre 1708 et 1720]
Imprimeur / Fabricant :  Cusson (famille)
Description matérielle :  1 partie (p. 1-[50], [1] f., p. 1-24 et [1] f. volant entre p. 16 et 17, [1] f., p. 1-40, [7] f.) ; 34 x 25,5 cm + 1 notice autobiographique imprimée ([2] f. ; 34 x 25,5 cm)

Note(s) :  Le titre propre, pris à la couv., est ms., mais imite le résultat de la technique du pochoir. - Mention ms. de la même main que la musique, ajoutée sous le titre propre : "Contenant toutes // Les simphonies, Les // concerts du premier // volume, et Les ouvrages // pieux du second.". - P. de t. de la notice autobiographique imprimée : "Les Concerts Choisis // de // M. Farinelly de Cambert // Conseiller du // Roy // Recueillis par l'Auteur // 1707.". - Cette notice autobiographique, qui renvoie au contenu du vol. ms., son format (identique à celui du vol.), la cohérence du vol. et la précision des dates données au départ de certaines pièces permettent de penser que le ms. pourrait être autogr. et préliminaire à une éd. . - Le ms. lui-même est constitué de trois grandes sections, séparées par un f. blanc et chacune paginée de manière indépendante. - La 1re section est composée de pièces instrumentales à 2, 3, 5 et 6 parties regroupées par tonalités (ce qui permet de distinguer 20 suites) ; la 2e section regroupe cinq divertissements (Les chants de la paix, 1679 ; La Sérénade de la Reine, 1679 ; Apollon, tragédie, s.d. ; Petit concert de Windsor, 1678 ; Petit concert de Burgos, 1679) ; la 3e section est composée de 17 pièces vocales sacrées en latin ou en français : 9 mises en musique de 8 psaumes paraphrasés par Antoine Godeau (ps. 26, 28, 32, 116, 118, 138, 145, 148 ; ce dernier est mis 2 fois en musique), 2 psaumes en latin (6, 129), 3 noëls (2 en français, 1 en latin), 1 motet en français, une cantate biblique tirée du Cantique des Cantiques (intitulée "Le chaste amour"), une pastorale de Noël ("Concert sur la naissance de Notre Sauveur"). - Les divertissements et la plupart des pièces sacrées portent des indications d'effectifs, telles que "choeur", "viol.[ons]", "tromp. [ettes]", "Timb.[ales]", "hautb.[ois]", "flut.[es]", etc. - Quelques indications de rôles pour certains divertissements : Lysandre (La sérénade de la Reine) ; Apollon, Cléandre, Daphné, Bergères, Diane (Apollon) ; Philamon, Aminte, Alcidon, Climène (Petit concert de Burgos). - Rôles pour la cantate biblique "Le chaste amour" : l'époux, l'épouse. - Librettistes des divertissements inconnus
. - La 1re section contient : p. 1-4, [suite en sol majeur/mineur] ("La Bergere", "Dans ces bois", "menuet", "Rondeau", "Passepieds", "Ouverture des Chants de la paix", "Sarabande", "Gigue", [chaconne], "Suisse", "Rondeau", "Rigaudons", "Lent", [Passepieds] ; p. 5-6, [suite en sol mineur] ("Passacaille", "Courante", "Sarabande", "menuet", "Plainte", "Canaries", "Ouverture", "Sarabande", "Passepieds") ; p. 7-9, [suite en la mineur/majeur] ("Ouverture", "passacaille", "L'Euridice", "La Nolet", "Courante", "Gigue", "Bourrée") ; p. 10-11 [suite en si bémol majeur] ("L'Ismene", "Sarabande. 1e", "menuet grave", "Sarabande. 2e", [ouverture], "air de ballet", "menuet. 1r", "[menuet 2] guay") ; p. 12, [suite en si mineur/majeur, extraite de la tragédie Apollon. Voir aussi 2e section] ("simphonie", "passacaille"", "gigue", "sarabande") ; p. 13, [suite en do mineur] ("La daphné", "air", "menuet") ; p. 14-15, [suite en ré mineur] ("La dragonne", "Rondeau", "bohëmienne", "Chanson", "Basques", "L'Insiguin" [cette pièce a été insérée dans le Petit concert de Windsor. Voir aussi 3e section], "menuet", [sarabande], "Rigaudons") ; p. 16-17, [suite en ré mineur/majeur] ("ouverture", "Eccho", "Rigaudons", "Allemande", "gigue", "Chanson", "[rigaudon] vif", [allemande], "menuet", "Les follies d'Espagne") ; p. 18-19, [suite en ré majeur] ([ouverture], [sans titre], [sans titre], "menuet", "La marianne") ; p. 20, [suite en ré majeur] ("ouverture", "menuets. 1r.", "2d", "3e", "4e", "5e", "passepieds chasseurs", [sans titre], [caprice], "Bruit de guerre [...]", [caprice]) ; p. 24-25, [suite en do majeur] ("Ouverture" [de la Sérénade de la Reine. Voir aussi 2e section], "sarabande", "menuet", "passepieds", "2d [passepied]", "sarabande 2e", "Carillon", "Rondeau", "Chaconne", "gigue") ; p. 25-28, [suite en mi mineur/majeur] ([sans titre], [passepied], "[sarabande] lent", "[gigue] legerement", "passacaille", [sans titre], [menuet], "sarabande", "passepieds") ; p. 29-30, [suite en fa mineur/majeur] ("Caprice", "menuet", "ouverture" [du Concert sur la naissance de Notre Sauveur. Voir aussi 2e section], "menuet", "ouverture", "sarabande", "gigue") ; au bas de la p. 30 et p. 31, d'une autre main : "sicilienne" en sol majeur pour clavecin (à la p. 30 : variante des trois dernières mesures de la sicilienne) ; p. [32-36] vides ; p. 37-38, [suite en sol mineur/majeur] ("prelude", "[sans titre] grave", "[sarabande] guay", [2de sarabande] ; p. 38-41, [suite en la majeur/mineur] ("[sans titre] grave", "[sans titre] grave", [passepieds], [ouverture, du motet Grand Dieu pardonne. Voir aussi 3e section], [menuet], "La mignarde", "gavotte", "Trompette", [sarabande], [sans titre] ; p. 43-44, [suite en ré mineur] ("grave. // 1.", "hardy // 3.", "sec // 4.", "lent // 5.", "6." [ouverture du Petit concert de Windsor. Voir aussi 3e section], "tendrement // 7.", ; p. 44-45, [suite en ré majeur/mineur] ("grave", [sans titre] fort et // guay") ; p. 46-47, [suite en mi mineur/majeur] ([sans titre], "menuet", "2d [menuet]") ; p. 47-48, [suite en fa majeur] ("I. [prélude]", "2d" [aucune musique copiée], "3.", "4.")
. - La 2e section contient p. 1-5, "Les Chants de la paix a fontainebleau pour la Reine d'Espagne. 1679" ; p. 5-9, "La serenade de la Reine. a Paris au palais mazarin // le 7. septembre 1679" ; p. 9-11, "prologue pour Apollon" ; p. 11-19 [+ 1 f. volant inséré entre p. 16 et 17], "Apollon Tragedie" ; p. 19-21, "petit Concert d'Winsor" ; p. 22-24, "petit Concert de Burgos. presenté a L. M. C. a la fin de novembre 1679"
. - La 3e section contient : p. 1-2, "Motet" [Grand Dieu pardonne] ; p. 2-11, "Pseaume // 148" [Globes brillants] ; p. 11-13, "Le Chaste Amour // imité du Cantique // des Cantiques" ; p. 13-14 "Abregé du pseaume 148 pour une voix 2. viol. et la B. C." ; p. 14, "petit pseau. // 117" [= psaume 116, "Aveugles nations"] ; p. 14-15, "Le ps. 138. pour une voix un viol. etc." [Seigneur mon âme en vain] ; p. 16, "Noel en Chaconne pour une voix un viol. etc." ; p. 17-18, "pseaume. 28. une voix un violon etc" [Vous qui dans cet état tenez le premier rang] ; p. 19-21, "du pseaume 118. pour une voix deux viol. etc." [Heureux qui vit dans l'innocence] ; p. 21-22, "Noel en Latin // une voix // un viol. etc." ; p. 22-24, "ps. 129 2 voix 2. viol. etc." [De profundis] ; p. 24-25, "Motet // en françois // a voix // seule, et si l'on veut. // un viol. adjouté" [= psaume 26, "Que le brillant flambeau du monde"] ; p. 25-26, "Noel a 1 voix // 2 viol. // etc." ; p. 27-28, "Prologue pour le Concert sur la naissance de Nôtre Sauveur" ; p. 29-32, "Concert sur la naissance de N. Sauveur" ; p. 33-34, "pseaume 6. pour deux voix 2. viol. etc. domine ne in furore etc. // a fribourg en suisse le 24. de mars 1708" ; p. 35-37, "pseaume 145 a voix seule" [Mon coeur, bénis le dieu] ; p. 37-40, "[psaume 32, à voix seule] au chateau // de Landshout. // 1708." [Justes, avec plaisir louez le Tout-puissant]
Filigrane(s) : P[ierre] C[usson]
Distribution musicale :   basse continue - instruments non spécifiés (1)

Autre(s) auteur(s) :  Godeau, Antoine (1605-1672). Parolier
Autre(s) forme(s) du titre :
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : La bergère
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : Dans ces bois
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : La Nolet
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : L'Ismène
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : L'Euridice
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : La Daphné
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : La dragonne
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : Bohémienne
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : Basques
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : L'Insiguin
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : Les folies d'Espagne
- Autre forme du titre (figurant sur le document) : La marianne
- Autr Altabizkar (pseud. collectif)

7-bis -Les Basques, un peuple une nation [Texte imprimé] : Euskadi dans l'Europe / Altabizkar
Publication
:  [Bayonne] (14, rue des Cordeliers, 64100) : Éditions Elkar, 1974
64-Anglet : impr. Garcia frères Description matérielle :  62 p. : ill., couv. ill. ; 16 cm
(Br.)
e forme du titre (figurant sur le document) : La mignarde

8-Branaa, Eric (1963-....)   Basques from America [Texte imprimé] / par Jean-Eric Branaa ; trad. de l'anglais par l'auteurPublication :  Bayonne : Impr. Edisud, 1989Description matérielle :  157 p. : couv. ill. en coul. ; 21 cmNote(s) :  Bibliogr. p. 155-156. Index Autre(s) forme(s) du titre : - Titre(s) parallèle(s) : Les Basques d'Amérique

9-Clark, Robert P.  The Basques [Texte imprimé] : the Franco years and beyond / Robert P. Clark
Publication :  
Reno, Nevada : University of Nevada press, cop. 1979 Description matérielle :  XVII-434 p. : cartes ; 23 cm Collection :  Basque series

10- Dibildos, abbé Les Basques. Essai de psychologie pittoresque [Texte imprimé]
Publication
:  Bayonne : Impr. A. Foltzer, (9, rue Jacques-Laffitte), 1922 Description matérielle :  In-8 ̊, 30 p. avec illustrations Sujet(s) :  Pays basque

11-Dzidziguri, Šotha Varlamisdze   Basques et Géorgiens [Texte imprimé] / Chota Dzidzigouri ; trad. du géorgien par N. Kalatozichvili Traduction de : Baskevi da khartvelebi Publication :  Tbilissi : Editions de l'Université, 1983

12-Gachiteguy, Adrien, Les Basques dans l'Ouest américain [Texte imprimé]. Préface de Joseph PeyrePublication :  Bordeaux, Éditions Ezkila (impr. de Delmas), 1955. In-8 ̊ (24 cm), II-194 p., fig., pl., carte, couv. en coul. 750 fr. [D. L. 5383-56] -VIIIh11-VIIIe-Description matérielle :  259 p. ; 26 cm

13--Goyhenetche, Jean (19..-2004)  Les Basques et leur histoire [Texte imprimé] : mythes et réalités /
Publication
:  Baiona ; Donostia : Elkar, 1993 impr. en Espagne Guillaumie-Reicher, Gilberte

14-  Gil G. Reicher. Les Basques [Texte imprimé]. Leur mystique, leur passé, leur littérature
Publication
:  Paris, Adrien-Maisonneuve, 1939. In-8, 136 p. 47 fr. 50. [1040] Notice n° : FRBNF32561900 escription matérielle :  353 p. : ill., couv. ill. en coul. ; 23 cm

15-Lambert-Gorges, Martine  Basques et Navarrais dans l'Ordre de Santiago [Texte imprimé] : 1580-1620 / Martine Lambert-Gorges,...Publication :  Paris : Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 198533-Pessac : Impr. PéchadeDescription matérielle :  225 p. : ill., couv. ill. ; 30 cm
Collection :  Collection de la Maison des pays ibériques ; 14

16-Letamendía, Francisco (1944-....)  Les Basques [Texte imprimé] : un peuple contre les États / Francisco Letamendía ; trad. de l'espagnol par Isabelle Garma et Annie MaisaniTraduction de : Los Vascos : ayer, hoy y mañanaPublication :  Paris : Éditions du Seuil, 1977 86-Ligugé : impr. Aubin Description matérielle :  283 p. ; 21 cmCollection :  Combats Lien à la collection :  Combats (Paris).

17-Pialloux, Georges (1920-....)   Basques et corsaires [Texte imprimé] / Dr Georges Pialloux
Publication
:  [Biarritz] : J & D éd., 1996 64-Biarritz : Impr. SAI Description matérielle :  Non paginé [116] p.-[16] p. de pl. ; 26 cm

18-Sarramone, Alberto (1935-....) Les Basques en Amérique [Texte imprimé] / Alberto Sarramone
Publication :  
Biarritz : Atlantica, 2004 64-Biarritz : Impr. Atlantique Description matérielle :  272 p. : couv. ill. ; 21 cm Collection :  Terres & hommes du Sud Lien à la collection :  Terres et hommes du Sud

19-Veyrin, Philippe Les Basques [Texte imprimé] : de Labourd, de Soule et de Basse-Navarre, leur histoire et leurs traditions / Philippe Veyrin ; [avec la collaboration de Jean Haritschelhar]
Édition :  [Nouvelle éd.] Publication :  
[Grenoble] : Arthaud, 1975
01-Bellegarde : Impr. SCOP-SADAG Description matérielle :  366 p.-[72] p. de pl. : ill., couv. ill. ; 22 cm + carte dépl.

20--Vinson, Julien (1843-1926)   Les Basques et le Pays Basque [Texte imprimé] / Julien Vinson
Édition :  [Reprod en fac-sim.] Publication :  
Nîmes : C. Lacour, 1993
30-Nîmes : Impr. C. Lacour Description matérielle :  VIII-148 p. : ill., couv. ill. ; 21 cm Collection :  Rediviva Lien à la collection :  Rediviva (Nîmes).  Note(s) :  Bibliogr. 147-148 Reproduction :  Fac-sim. de l'éd. Paris : Librairie L. Cerf, 1882

21-Les Basques, leur origine, leur langue, leur territoire, leurs moeurs et leurs usages, leurs jeux et leurs divertissements. Extraits des ouvrages de Humboldt, Le Play, le général Serviez, Vinson, Elisée Reclus, Francisque Michel, Pierre Loti. Résumé de la pastorale ″Abraham″. Quelques poésies basques (texte et traduction) [Texte imprimé]Publication :  Saint-Jean-de-Luz : publication de ″l'Eskualduna″, journal basque-français, 1897 Description matérielle :  In-8 ̊ Sujet(s) :  Pays basque (HA)

22-Amorrortu, Estibaliz (1969-....)   Basque sociolinguistics [Texte imprimé] : language, society, and culture / Estibaliz AmorrortuPublication :  Reno (Nev.) : University of Nevada, center for basque studies, cop. 2003 Description matérielle :  1 vol. (231 p.) ; 21 cm Collection :  Basque textbooks series Lien à la collection :  Basque textbooks series

23-Kurlansky, Mark  The Basque history of the world [Texte imprimé] / Mark Kurlansky
Publication :  New York : Walker, 1999 Description matérielle :  XII-387 p. : ill. ; 21 cm

24-Nicolaï, Alexandre (1864-1952) Basques d'autrefois, conférence faite à Saint-Jean-de-Luz, le 17 août 1897 [Texte imprimé]Publication :  Ligugé (Vienne) : impr. de Saint-Martin, 1898 Description matérielle :  In-8 ̊ , 31 p.Notice n° : FRBNF31015193

25- Payne, Stanley G. (1934-....)  Basque nationalism [Texte imprimé] / Stanley G. Payne
Publication :  
Reno, Nev. : University of Nevada press, 1975 Description matérielle :  XII-291 p. _ [16] p. de pl. : ill. ; 23 cmCollection :  Basque series

26-Webster, Wentworth (1828-1907)   Légendes basques [Texte imprimé] : recueillies principalement dans la province du Labourd / Wentworth Webster ; traduction, recherches et notes de Nicolas Burguete. suivies de Un essai sur la langue basque / par Julien Vinson Traduction de : Basque legends Publication :  [Anglet] : Aubéron, impr. 2005
53-Mayenne : Impr. Floch Description matérielle :  1 vol. (328 p.) : ill., couv. ill. ;

27-Webster, Wentworth (1828-1907)  Leyendas vascas [Texte imprimé] / Wentworth Webster ; [traducción Julio Velasco Cobelo] Traduction de : Basque legends
Édition :  2a ed. Publication :  Madrid : Miraguano, 1993 Description matérielle :  1 vol. (221 p.) ; 19 cm Collection :  Libros de los malos tiempos ; 33 Lien à la collection :  Libros de los malos tiempos  ISBN 84-7813-050-0 (br.) Notice n° : FRBNF39267785

28-West, Geoffrey (1950-....) The Basque region [Texte imprimé] / Geoffrey West, comp.
Publication :  Oxford ; Santa Barbara (Calif.) ; Denver (Colo.) : Clio press, cop. 1998
Description matérielle :  XXVI-148 p.-[1] f. de pl. : carte ; 23 cm Collection :  World bibliographical series ; 212

29-Sánchez-Cuenca, Ignacio ETA contra el Estado [Texte imprimé] : las estrategias del terrorismo / Ignacio Sánchez-Cuenca Publication :  Barcelona : Tusquets, 2001 Description matérielle :  271 p. ; 21 cm
Collection :  Kriterios ; 5Note(s) :  Bibliogr. p. 260-266. Index

30-Sullivan, John L. (1932-....)  ETA and Basque nationalism [Texte imprimé] : the fight for Euskadi, 1890-1986 / John SullivanPublication :  London : Routledge, 1988Description matérielle :  VII-299 p. ; 23 cmSujet(s) :  Pays basque -- Histoire -- Autonomie et mouvements indépendantistes
Euskadi ta askatasuna ISBN 0-415-00366-0 otice n° : FRBNF34992299

31-ETA, une histoire [Texte imprimé] / Antonio Elorza, José María Garmendia, Gurutz Jáuregui... [et al.] ; trad. de l'espagnol par Annick TréguerTraduction de : La historia de ETA
Publication :  Paris : Denoël, 2002 27-Mesnil-sur-l'Estrée : Impr. Firmin-Didot Description matérielle :  472 p. : couv. ill. ; 23 cm Collection :  Impacts Lien à la collection :  Impacts (Paris)

32-Euskal dialektologiaren hastapenak [Texte imprimé] / [koordinatzaile eta zuzentzaileak Txillardegi eta G. Aurrekoetxea] Édition :  2. edizioa Publication :  Udako euskal unibertsitatea, 1987 Description matérielle :  LXII-604 p. : cartes ; 26 cm
33-
Euskal-Erria, revista bascongada... [Texte imprimé] Publication :  San Sebastian, 1888-1889
Description matérielle :  In-8 ̊  Note(s) :  Nos 276, 288, 323 et 327 Autre(s) auteur(s) :  Arzac, Antonio. Éditeur scientifique Notice n° : FRBNF30032547

34- Euskal erria. Revista mensual baskongada del Uruguay [Texte imprimé]
Numérotation :  1913 [?]-[...]
Publication :  Montevideo, San Jose 1168 : [s.n.?] Description matérielle :  In-4

35-Amézaga, Elías (1921-....)  Euskadi [Texte imprimé] : al cruce de tres culturas / Elías Amézaga
Publication :  [S.l.] : E. Amézaga, 1989
Description matérielle :  529 p. : couv. ill. ; 22 cm ° : FRBNF32771348

36- Chauché, Eric (1967?-.... ). Illustrateur Oyhamburu, Philippe
Euskadi [Texte imprimé] : pays des Basques / photogr., Éric Chauché ; texte, Philippe Oyhamburu
Publication :  Bayonne (route du Pontois, 64100 Cedex 1) : Éd. Umea, 1998
impr. en Espagne

37-Forné, José  Euskadi, nation et idéologie [Texte imprimé] / José Forné ; [publ. parle] CNRS, Centre régional de publication de ToulousePublication :  Paris : Éd. du CNRS, 1990
31-L'Union : Impr. Para graphicDescription matérielle :  190 p. : cartes, couv. ill. en coul. ; 24 cm
Collection :  Sud, ISSN 1151-7433Lien à la collection :  Sud (Paris). ion matérielle :  173 p. : ill. en coul., jaquette ill. en coul. ; 33 cm

38-Intxausti, Joseba   Euskal Herria [Texte imprimé] : le pays de la langue basque / Joseba Intxausti Publication :  Vitoria : Service de publicité du Gouvernement basque, 1992
Description matérielle :  31 p. : ill. en coul. ; 24 cm

39- Zubiri Ibarrondo, Ilari
Zubiri, Entzi  Euskal gramatika osoa [Texte imprimé] / Ilari Zubiri, Entzi Zubiri
Publication :  
Bilbo : Didaktiker, 2000Description matérielle :  903 p. ; 24 cm

40-Mikel Duvert : Des origines du Peuple basque, Elkarlanean S.L., 2005, ISBN 291315669X

41-Peio Etcheverry et Alexandre Hurel : Dictionnaire thématique de culture et civilisation basque, Pimientos, 2004, ISBN 2912789346

42-Luis Núñez Astrain : El Euskera Arcaico, Txalaparta, Tafalla. 2003, ISBN 8481363006

43-Pierre Bidart : La singularité basque - Généalogie et usages, Presses Universitaires de France, mai 2001, ISBN 213051538

44-Jean-Marie Izquierdo : La Question basque, © Édition complexe 2000, ISBN 2870278551

45-Guy Gaunègre : Pays basque, une nation sous le feu de E.T.A, Édition Golias, Novembre 2000, ISBN 2911453964

46-Barbara Loyer : Géopolitique du Pays basque, © L'Harmattan 1997

47-Louis Charpentier : Le mystère basque, 30 décembre 1999, ISBN 849338495X

48-Jean Daniel Chaussier : Quel territoire pour le Pays basque? Les cartes de l'identité, Éditions L'Harmattan, 1996, ISBN 2738441173

49-Michel Morvan: Les origines linguistiques du basque, Presses Universitaires de Bordeaux, 1996, ISBN 2-86781-182-1

50-Jean-Baptiste Orpustan: Nouvelle toponymie basque, Bordeaux, 2006, ISBN 2-86781-396-4

 

 

 

print

copyright © 2002-2008 info@pen-kurd.org